Skip to content

Posts from the ‘Bla-bla & Co.’ Category

Fantastique restaurant à Bangkok et Chatuchak market

Je suis en cours de rédaction d’une super recette mais j’ai tout arrêté pour te faire un petit compte rendu de mon week-end à Bangkok parce que j’en suis encore toute émoustillée.

J’ai eu la visite de ma cousine durant 1 semaine et nous avons décidé d’aller ensemble à Bangkok pour faire des folies au marché du week-end, à Chatuchak.

Nous avons donc réservé un hôtel le plus près possible du marché. Nous en avons dégotté un tout neuf (Baan Tanwa) , super propre et pas cher. Toutes les chambres “deluxe” sont des suites, on a donc eu droit à 2 chambres séparées et 2 salles-de-bain pour le prix d’une chambre. L’hôtel lui-même est dans un quartier ultra calme et à 5 minutes de marche de la station de MRT qui t’amène au centre de Bangkok. Je pense qu’on aurait pas pu faire mieux : simple mais nickel.

Bon, le voyage n’a pas très bien commencé parce qu’on avait réservé un taxi pour aller à l’aéroport d’Hat Yai et il est venu nous chercher avec plus de 30 minutes de retard. Une fois à l’aéroport, assises dans l’avion, prêtes à décoller, nous avons eu droit à un message du pilote qui disait : ” suite à un accident survenu en bout de piste, nous ne sommes pas autorisés à décoller, nous vous demandons donc de retourner dans la salle d’attente de l’aéroport”.
Les hôtesses nous ont ensuite dit qu’il y avait eu un crash d’avion et qu’il y aurait une attente d’au minimum 2 heures. Tous les avions de l’aéroport étant bloqués au sol pour une durée indéterminée, il y avait bien trop de monde à la porte d’embarquement. Nous, on se posait plein de questions pour savoir s’il y avait des blessés, de quelle compagnie d’aviation il s’agissait, si c’était un attentat ou non (vu ce qui se passe dans le monde… on peut imaginer plein de choses…) et on a bien évidemment reçu aucune nouvelle. On a essayé de chercher sur internet mais les nouvelles en Anglais n’étaient pas encore postées. Du coup, on était dans le flou …
Après 2 heures d’attente, on a soudain été appelées pour le nouveau check-in qui a été expédié en 2 temps 3 mouvements et avant de pouvoir dire ouf, on s’est retrouvé dans les airs. Ce n’est qu’une fois arrivées à l’hôtel à Bangkok que nous avons compris qu’il s’agissait d’un accident d’un jet militaire durant une journée de démonstration ouverte au public. Le jet s’étant crashé pas loin de la piste, les avions commerciaux ont été maintenus au sol pour des raisons de sécurité. Ca aurait été quand même assez sympa de nous informer de la situation !

Une fois arrivées à Bangkok, j’ai été surprise en bien par le nouveau système de taxi de l’aéroport de Don Muang. Il y a quelques années de cela, c’était la jungle. Tu te faisais arnaquer chaque fois que tu mettais un pied dans un taxi. Maintenant, tu fais la queue dans un local climatisé, tu donnes ta destination à une gentille dame qui la transmet au chauffeur de taxi. C’est clairement indiqué que la course coûte le prix au compteur du taxi + 50 baht de taxes pour l’aéroport. Clair, net et sans arnaque. Si tu veux aller plus vite et prendre la voie rapide, tu paies le montant des paiages en plus. (Attention, ne prends surtout pas un taxi proposé par les nombreuses agences de l’aéroport, ça, c’est la grosse arnaque. Il faut simplement suivre les panneaux qui indiquent “TAXI”).

Nous avons foncé au marché de Chatuchak, avec 3 bonnes heures de retard sur notre planning. Il s’agit d’un des plus grands marchés au monde. Beaucoup, beaucoup de gens, beaucoup, beaucoup de bruit, très très chaud, l’endroit est tout sauf agréable. Mais quand on aime le shopping, tous ces désagréments n’ont aucune espèce d’importance. Nous étions bien contentes d’êtres entre filles et d’avoir laissé nos hommes à la maison… pas de gémissements, pas de grognements, pas de regards méchants … mais en même temps, personne pour porter nos sacs, tant pis !
A Chatuchak, tu trouves des écharpes en soie à 3 euros, des très jolis bijoux en argent à moins de 10 euros, de la céramique céladon à très bas prix, des petits cadeaux pour les amis à moins d’un euro et des tones d’habits en tous genre pour 3 fois rien. Moi, j’ai jeté mon dévolu sur de la soie thaïe au mètre. Sac à main, chaussures, savons, objets de déco, animaux domestiques… tu peux acheter de tout et de rien. (Bon, pour ma part, je boycotte la section des animaux qui me fend le coeur et qui regroupe une grande quantité d’animaux en voie de disparition donc interdits à la vente. J’espère voir disparaître cette portion ridicule du marché… mais j’imagine que ce n’est pas prêt d’arriver).
Chatuchak Weekend Market est gigantesque, la première fois que tu y vas, tu te fais avoir et tu te ballades à travers les stands, tu te perds, tu en as marre et tu rêves de ressortir de cet endroit de malades. Les fois suivantes, tu te prépares moralement et tu t’organises. D’abord, tu décides ce que tu penses vouloir acheter. Pour nous c’était clair : des épices issus de cultures bios, de la soie et des bijoux. Une fois que tu as des buts, tu regardes la carte du marché tranquille à la maison et tu prends en note les numéros de sections qui t’intéressent. Malgré l’impression de fouillis, le marché est organisé autour de section et de rues numérotées et les vendeurs sont regroupés dans une même section en fonction de ce qu’ils vendent.  Une fois que tu as compris le système, c’est plutôt facile de s’orienter et de trouver ce que tu cherches.

A Chatuchak, il y a R.T.S. Spice, un super petit shop de condiments et épices. Les produits sont vraiment bien emballés, parfaits pour voyager et sont issus de cultures bios. La confiture de piments (Nahm Prik Pao) qu’ils vendent est de loin la meilleure que j’aie goûté. C’est celle que j’ai toujours dans on frigo. Ils sont situés à la 4ème rue de la section 25 du marché (sect 25, soi 4).

Pour notre repas du soir, on avait décidé de se faire un bon restaurant. Lors de mon dernier voyage à Bangkok, j’avais découvert “Thai Leaf Bistro” et j’avais bien envie d’y retourner tellement c’était bon mais notre hôtel était vraiment très loin et traverser Sukhumvit aux heures de pointes un samedi soir, c’est une chose à éviter. Du coup, on a réservé une table un peu plus près. Nous avons choisi PASTE. C’est un restaurant luxueux de cuisine thaïe moderne situé dans un centre commercial huppé. Très facile à trouver, il se situe au 3ème étage de Geysorn Mall, juste en face du gigantesque Central World, à 2 minutes de marche de la station de BTS “Chitlom”. Alors je t’avertis tout de suite, c’est pas un restaurant où tu vas manger tous les jours :  les tarifs sont élevés. Par contre c’est un restaurant où tu aurais bien envie de manger tous les jours car la nourriture est soignée et délicieuse.
Le restaurant est très beau. On s’assied sur des banquettes confortables avec de hauts dossiers qui nous séparent des autres tables. L’atmosphère est feutrée et relaxante. Si tu réserves, demande une table avec vue : la vue sur une des rues les plus animées de Bangkok est intéressante. Lorsque tu sors le soir en Thaïlande, n’oublie pas de prendre avec toi une petite laine. Pas parce qu’il fait froid mais parce que la plupart des restaurants sont climatisés et que la clim est réglée sur 18°C… du coup, il fait frisquet à l’intérieur !

A Paste, on retrouve tout à fait la tradition culinaire thaïe, les ingrédients et les goûts sont tous au rendez-vous. La table est dressée avec cuillère et fourchette, ni baguettes, ni couteaux. Les plats sont posés au centre de la table et chacun se sert de ce qui lui fait plaisir, comme pour tout repas thaï, rien n’est servi sur assiette.
Le service est ultra attentif et très professionnel.
Nous avons choisi le menu proposé. Lorsqu’on est 2, il y a un seul menu offert. Pour des groupes de 4 ou plus, il y a plusieurs menus à choix. Le menu était 2200 baht par personne. Les prix sont affichés sans le service (10%) ni les taxes (7%). C’est bien de réaliser cela avant de commander car il y a une surcharge de 17% sur le prix affiché, c’est souvent le cas en Thaïlande.
Le menu explique l’origine de chacun des plats servis et la source d’inspiration des chefs.

On nous a tout d’abord apporté un verre avec un petit jus de coing du Bengale et de sureau ainsi qu’un amuse-bouche au crabe et raifort.

Première entrée : pastèque, saumon effiloché, échalotes croustillantes, poudre de galanga rôti et caviar.


Bon, ben on est bien d’accord que les oeufs de saumon ne sont en aucun cas du caviar et que je n’ai pas trouvé trace de caviar dans mon assiette mais cela n’empêche que c’était aussi succulent que ça en a l’air.
La pastèque était imbibée d’un jus un peu pimenté apportant une très légère touche piquante. Le saumon effiloché était croustillant et parfumé. Entrée fraîche et gouteuse, on était sous le charme.

Seconde entrée : Canard rôti, noix de muscade, pâte de curry et coriandre servis sur crackers de riz.

Ces petites choses n’ont l’air de rien et leur énoncé n’incite pas à la rêverie mais c’était fantasmagorique. D’un commun accord, nous avons décrété que ces bouchées au canard étaient un des plats les plus intéressants que nous avons goûté au cours de ces dernières années. D’ailleurs, je suis retournée au restaurant le lendemain à midi pour les re-goûter. Elles étaient toujours aussi délicieuses et j’ai pris en note tous les ingrédients que j’ai réussi à identifier pour pouvoir tenter de reproduire cela à la maison. (quoi, folle, moi ? non, pourquoi ? )

Read more

2 semaines à Bangkok

En avril dernier, j’ai passé 2 semaines à Bangkok. Ces 2 semaines ont été bien chargées mais j’ai tout de même eu l’occasion de pouvoir tester quelques restaurants intéressants.

Le premier de la liste est un vrai coup de coeur. Nous l’avons découvert par chance, il se trouvait juste au coin de la rue, tard le soir, alors qu’on avait vraiment faim. On était prêt à entrer dans le premier restaurant venu et c’est ce qu’on a fait.
LEAF THAI BISTRO est un petit restaurant moderne et chaleureux. Nous avons été accueillis par le patron, le service était très attentif et de bon conseil. Nous avons demandé des plats pas trop pimentés et, chose impressionnante, ils étaient effectivement pas trop pimentés. La carte est simple, la nourriture est soignée et fraîche. C’est un des meilleurs repas que j’ai eu en Thaïlande … et j’en ai eu beaucoup !
Le repas bien copieux, pour 3 personnes, sans alcool mais avec jus de fruits frais nous a coûté au total 2700 baht : 70 euros (pas par personne ! 70 euros pour 3 …)
Nous avons commencé par un assortiment de bouchées thaïes : (les photos sont celles que j’ai empruntées à la page Facebook du restaurant, ce ne sont pas les misérables photos que j’ai essayé de faire avec mon vieux téléphone pourri…)

– samosas, rouleaux de printemps, nouilles croustillantes : tous très bon sans pour autant être exceptionnels.
Les nouilles croustillantes (mee krob) étaient un poil trop sucrées à mon goût et assez difficiles à manger car elles nous ont été servies sous forme de gros prisme (qui donne une certaine allure au plat mais ne facilite pas la dégustation) qu’il a fallu attaquer à coups de fourchette pour pouvoir en casser des morceaux.

aperos

13041251_850526185059786_8885562119161499875_o

Puis nous avons opté pour le poulet frit aux herbes thaïes : des poulets frits, je peux te dire que j’en ai mangé des centaines vu que c’est une des spécialités de la région où j’habite et qu’on en trouve littéralement à tous les coins de rue … mais là, chapeau bas, il était incontestablement croustillant, parfumé juteux … au final, dans le haut du panier des poulets frits de ma vie. On s’en est léché les doigts et les babines.

friedchicken

Généralement, j’évite de manger du saumon en Thaïlande … je ne comprends pas pour quelle raison on sert ce genre de poisson dans un pays qui vit de la pêche locale mais la carte était assez restreinte et n’offrait pas d’autre type de poisson. De plus, beaucoup des mets proposés sont à base de curry très pimenté et nous ne souhaitions pas un repas piquant, cela a limité le choix. On a finalement, après hésitations, commandé le saumon au curry rouge. Parfaitement cuit, servi avec un curry rouge super crémeux, c’était un délice.

13662302_225554271173746_7347700128343313404_o
et le clou du repas : la salade de liserons d’eau. Ca n’a pas l’air, comme ça, juste en regardant la photo mais cette salade, c’est de la bombe ! La sauce servie avec les feuilles croustillantes était un régal (à en lécher le fond de l’assiette). Lors de mon prochain voyage à Bangkok, j’y retournerai spécialement pour cette salade!

crispysalad

Comme dessert, bien que je me méfie toujours des desserts thaïs, on a commandé une mousse de mangue ainsi qu’un dessert de châtaignes d’eau au sirop de coco, servi avec de la glace coco maison.
On a fini par se battre pour le verre de mousse de mangue servie avec de la mangue fraîche, et du riz gluant à la noix de coco (mhhhhhhhhhhhh), on a nivelé le petit bol de glace coco maison et on a un peu délaissé les boules de couleur de châtaigne d’eau qui, au final, n’avaient pas grand intérêt gustatif …

leaf-dessert

chataigne

 

Pas loin de notre hôtel, il y avait également un petit restaurant vietnamien super chou: SAIGON RECIPE. Je ne suis pas une grande spécialiste de la cuisine vietnamienne donc je ne sais pas si c’était vraiment authentique ou adapté pour des palais thaïs mais j’y ai mangé à 2 reprises et je me suis régalée.
Read more

Koh Ngai, petite île paradisiaque

kohngai1

Aujourd’hui je te présente Koh Ngai. Il s’agit d’une toute petite île du sud-ouest de la Thaïlande. Elle se trouve dans la région de Trang, pas loin de Koh Kradan et Koh Mook.
On peut rejoindre Koh Ngai par bateau depuis Koh Lanta ou Koh Lipe ou tout simplement depuis le continent au départ de Pak Maeng Pier (Trang).
resort_map

southern-islands-map

Il s’agit d’une île étroite et longue. Elle est très peu développée car toute sa côte ouest est bordée de falaises. La plus grande partie de Koh Ngai est recouverte de jungle. La côte est, elle, offre une superbe plage de sable fin le long de laquelle se trouvent les différents hôtels de l’île.
L’eau est crystaline, bleu turquoise, chaude mais très peu de récifs coralliens entourent Koh Ngai. Il n’est donc pas très intéressant de faire du snorkeling depuis la plage.
Par contre, c’est l’endroit idéal pour des vacances lecture sur la plage et apéro au couché du soleil.

300Koh_Ngai_Karte

Au niveau du logement, on trouve de tout : il y a un camping ou des bungalows basiques en bambou pour des vacances pas chères, on trouve des hôtels à prix modéré et aussi des hôtels haut de gamme.
Au total, une quinzaine de logements différents.
Chaque resort a un restaurant en bord de plage, la nourriture est chère (pour la Thaïlande) mais de bonne qualité.
Il y a aussi 3 centres de plongée sur l’île: 2 centres locaux qui m’ont fait une impression très mitigée et un centre Allemand qui a été lamentable. Du coup, mieux vaut éviter la plongée à Koh Ngai, pour cela Koh Lipe ou Koh Lanta sont bien mieux.

Des tours de snorkeling sont organisés tous les jours : tours des 2 îles ou tours des 4 îles, à choix.
Le tour des 2 îles t’amène faire du snorkeling vers les 2 petites îles proches de Koh Ngai : Koh Ha et Koh Chueak. Les îles en elles-même sont bien jolies mais, sincèrement les récifs coralliens laissent à désirer. Si tu n’a jamais eu l’occasion de nager avec un masque dans les eaux tropicales, tu auras du plaisir à prendre part à cette journée. Mais si tu as déjà admiré des récifs colorés et vivants, c’est une déception garantie qui t’attend.
Le tour des 4 îles t’emmène aux mêmes 2 îles avec en prime une visite à Koh Kradan et une étape à la “emmerald cave”. C’est le tour que nous avons pris et malgré la foule, on a vraiment été impressioné par la visite de la grotte.
Du coup, si je devais retourner à Koh Ngai, je louerais un bateau privé, juste pour aller visiter la grotte, sans les 3 autres destinations.
Il s’agit en fait d’un puits dans la montagne, avec un lac et une plage au fond du puits. On y vient par la mer, en nageant dans un tunnel naturel accessible à marée basse.

DJI_0005-as-Smart-Object-1-1200x674

Emmerald Cave,  vue du ciel. Photo prise par un drone qui n’est pas le mien 😀

maxresdefault

kohngai3

Entrée du tunnel, à marée haute
kohngai5

On nage quelques minutes sous les stalactites et on débouche …
kohngaisur une plage, dans un puits de lumière !

Nous sommes restés 3 jours et avons logé au Fantasy Resort. Bon hôtel avec un service efficace, nous avions des chambres spacieuses et confortables.

koh-ngai2

La plage de l’hôtel est équipée de transats et de parasols, il y a une chouette piscine qui s’avère utile à marée basse. La mer étant peu profonde aux alentours de l’île, elle se retire loin, très loin à marée basse laissant juste de quoi se tremper les pieds.
Le restaurant de l’hôtel offre une vue imprenable sur la mer, terrasse couverte la journée et terrasse extérieure le soir, tout est bien prévu.
Le petit bistrot juste à côté de Fantasy Resort est le restaurant du camping. Nous y avons mangé des crevettes géantes grillées et une salade de papaye verte, on s’est régalé.
Un peu plus loin sur la plage, nous avons testé le barbecue à Mayalay restaurant et nous avons trouvé cela tellement bon que nous y avons mangé le soir suivant également. La nourriture thaïe est correcte mais le barbecue de poisson était exceptionnel… J’en rêve encore.
Tous les restaurants servent de bons cocktails et des jus de fruit frais.

kohngai1

Il est possible de se balader le long de la plage et il y a aussi un sentier dans la jungle qui grimpe et descend et re-grimpe et redescend pour aller jusqu’à Paradise Beach. Beaucoup de sueur pour pas grand chose car la longue plage de sable fin au bord de laquelle les hôtels se trouvent est de loin la plus belle. Petit conseil, si tu veux te rendre à Paradise Beach, loue un bateau au lieu de crapahuter dans la jungle.

En résumé: magnifique petite île pour quelques jours de vacances sur la plage.

kohngai2

Transferts :
Depuis Pak Maeng Pier :
– speedboat organisé par l’hôtel tous les jours à midi. 20 minutes de trajet. Prix 350 baht par personne.
– Il y a aussi des bateaux un peu plus lents qui coutent moins cher, il faut compte 1h de trajet.
Depuis Koh Lipe ou Koh Lanta :
– bundhaya speedboat (), 1 bateau par jour
– tiger line ferry (), 1 bateau par jour

Hotels :
– Fantasy Reort : hotel de catégorie supérieure. Chambres entre 2200 baht et 10’000 baht par nuit. Les chambres “Deluxe hillside” étaient vraiment bien pour 2800 baht/nuit.
– Mayalay Resort : petits bungalows en bambou, catégorie moyenne.
Chambres entre 2000 et 5000 baht par nuit

Tiges de galanga bouillies

galanga

Rhoooooooo, c’est toujours pareil. J’attends mes vacances avec impatience pour pourvoir faire les 100’000 choses que je n’ai pas le temps de faire quand je travaille. Parmi cela, j’avais prévu de préparer de fantastiques recettes que je souhaites te faire parvenir depuis longtemps déjà.
Mais sincèrement, je ne sais pas pour quelle raison j’espère encore avoir une vie sans accroc …
J’ai eu des tones de demandes pour des cours privé d’Anglais durant les vacances. Généralement je refuse… mais là, j’ai accepté car les “élèves” sont super motivés et ce sont des adultes. Du coup, je me retrouve à enseigner tous les jours et à devoir préparer des cours. Jusque là, rien de bien particulier. Mais, à cela, s’ajoute un déménagement :
ça fait presque 2 ans que je cherche une maison privée avec jardin. J’ai visité des dizaines de maisons à louer mais aucune ne convenait : des fenêtres qui ferment pas (ou carrément pas de fenêtres mais des volets cassés à la place), le système électrique tellement vieux que je n’ose pas y charger mon ordi, salle de bain insalubre (toilettes turc beark dégouttantes double beark), pas de revêtement au sol (si si, ici, c’est courant, on habite à même le sol en ciment brut pas poli), pas de faux plafond, pas d’eau courante … enfin bref, j’avais perdu espoir et je m’imaginais ne jamais pouvoir quitter mon appartement actuel (qui est neuf et décent mais qui n’a pas de joli jardin).
Et puis voilà, tout à coup, il y a eu la possibilité de louer une maison à 2 minutes de mon lieu de travail. J’ai visité, j’en ai pas cru mes orteils : une grande maison neuve et bien construite, 150 m2 habitables plus 30 m2 de cuisine extérieure couverte. Des portes qui ferment, des vraies fenêtres, des murs blanc et pas orange ou rose, un carrelage au sol qui est sobre, un jardin devant et un jardin derrière la maison… un peu comme celle que je m’étais imaginée il y a deux ans ! En plus, elle est située dans un quartier calme avec une seule autre maison comme voisins directs et les voisins n’ont pas de poulet (ce qui signifie que y a pas de coq qui chante sous ta fenêtre à 5h du mat) … le rêve. Je m’attendais à un loyer de fous, un truc que je ne pourrais pas payer mais le propriétaire en demande 3500 baht par mois (120chf / 90 euros) ! J’ai failli m’évanouir. J’ai demandé à signer le contrat de location immédiatement. Du coup, je déménage la semaine prochaine. Me voici donc au milieu des cartons et des nettoyages au lieu de pouvoir attaquer ma liste des trucs à faire depuis longtemps.

Tout ça pour te dire qu’aujourd’hui, ce n’est pas vraiment une nouvelle recette que je te fais parvenir mais plutôt une découverte …

Hier après-midi, j’étais recouverte de poussière et de sueur, au milieu de mes cartons quand j’entends quelqu’un qui m’appelle depuis l’arrière le mon appart. C’était ma vieille voisine (celle qui a juste une dent), tu sais, celle qui parque ses chèvres derrière ma maison pour brouter mes plantes : “nong” qu’elle me dit (cela veut dire jeune soeur en Thaï, c’est une manière polie d’appeler quelqu’un de plus jeune. Même si là je préférerais qu’elle m’appelle “louk” qui veut dire ma fille… car elle est vraiment très vieille est que j’ai plus l’âge d’être sa fille que sa soeur. Bref…) et ensuite elle baraguine un truc en dialecte local à la vitesse de l’éclair. Elle gesticule et pointe le plant galanga qui se trouve contre le mur de la cuisine.

galanga2
Mon plant de galanga… ouais, j’ai un peu oublié de l’arroser ces dernières semaines
(p.s. les murs extérieurs mauves ne sont rien en comparaison du rose soutenu qui recouvre tous les
murs intérieurs de mon appartement)

Je capte que dalle et elle le voit à ma tête. Elle reprend alors un truc du genre “tamai mai kin” et je comprends qu’elle veut savoir pour quelle raison étrange je ne mange pas mon galanga. Elle commence à casser une jeune tige de la plante et à en retirer les couches extérieures, elle me demande un couteau et fais en sorte de bien me montrer comment elle s’y prend. Elle me tend alors l’intérieur (coeur) de la tige, c’est tout mou et ça semble super tendre et elle m’explique que je peux juste le faire bouillir et le manger avec une sauce à l’ail et au piment.

galanga3

Elle s’est mise à démonter mon plan de galanga et à me préparer des tas de tiges à cuire.
Puis elle est partie un peu comme elle est venue, pouf !

Du coup, j’ai été intriguée et j’ai préparé ma fantastique sauce tamarin-coco-crevettes. J’ai bouilli les coeurs de tiges de galanga durant 10 minutes à l’eau et j’ai dégusté …

Ca a un très léger goût de galanga et ça a la consistance d’asperges vertes. Etonnant et délicieux, un truc à essayer si tu as du galanga dans ton jardin !

Bon ben je te laisse, je retourne à mes cartons et la prochaine fois que je posterai une recette, ce sera en directe de ma super cuisine géante avec un vrai évier (plus besoin de faire la vaisselle à croupi par terre derrière la maison) et un plan de travail de 3m de long. Si c’est pas beau la vie !

Encornets vapeur au citron, à l’ail et au piment

squid2

Cela fait déjà un moment que je souhaitais écrire un billet sur la vie en Thaïlande. Il y a tellement à dire et tant d’histoires à raconter que je ne savais pas trop par où commencer. Et puis voilà, ces 2 derniers mois ont été une sorte d’apothéose qui résume parfaitement ce qui se passe dans ce pays, je me décide donc à t’en donner un aperçu.
Je n’ai pas vraiment cuisiné ces dernières semaines, je n’en ai eu ni le temps ni l’énergie mais tout rentre dans l’ordre et si la vie se retransforme en un long fleuve tranquille, je pourrai, à nouveau, poster des recettes à un rythme plus soutenu.

squid10
La Thaïlande est un pays magnifique, c’est agréable et safe pour les vacances. Les touristes sont souvent sous le charme car les gens sont serviables et souriants, la nourriture est bonne, le soleil donne … et tout et tout … mais lorsqu’on y habite et qu’on y travaille, tu t’en doutes bien, c’est une autre histoire.

squid8

Actuellement, je suis engagée en tant qu’enseignante d’Anglais (conversation) dans un lycée du sud de la Thaïlande. Je travaille pour le gouvernement de la province pour un projet qui vise à élever le niveau d’Anglais des élèves du sud de la Thaïlande en vue de l’ouverture des frontières en Asie (sur une échelle de 0 à 10, leur niveau actuel se situe aux alentours de -25). Dans le cadre de ce projet, le gouvernement a engagé 40 enseignants étrangers. Comme personne ne veut se prendre la tête à gérer un groupe d’étrangers, ce même gouvernement a engagé un intermédiaire. Le gouvernement a un contrat avec une agence qui, à son tour, a un contrat avec moi. L’agence paie mon salaire et s’occupe de tout l’administratif me concernant. Ils me fournissent un permis de travail et tous les document nécessaires à l’obtention de mon visa qui est valable une année et que je dois normalement renouveler avant le 20 Avril. Jusque là, rien de bien étrange, me diras-tu …

squid11

Oui mais voilà, en tant qu’étranger, on doit aller pointer au bureau local d’immigration tous les 3 mois ( … va savoir pourquoi …)
Début Février, donc, je me rends avec Nan au bureau d’immigration pour mon pointage trimensuel. L’officier commence à discuter avec Nan et je comprends qu’il y a un problème. Je vois Nan se décomposer mais personne ne se donne la peine de traduire quoi que ce soit pour moi (c’est un des trucs qui m’exaspère le plus en vivant ici : les gens parlent de moi devant moi, sans même s’adresser à moi… ils discutent entre eux et m’ignorent). Sachant qu’ils parlent de ma situation, je commence à chauffer. Finalement j’ai droit à une explication résumée, l’officier du bureau d’immigration sort son plus bel Anglais et me dit : “Next time, visa cannot renew”.
QUOI ??? Mais qu’est-ce que tu me racontes là ?

Read more

Comment préparer du concentré de tamarin maison

Le tamarin est indispensable pour cuisiner thaï. En Europe, tu le trouves sous forme de concentré, de jus, congelé ou frais. Ici, le tamarin s’achète par bloc de fruits compressés.
Le tamarin est un fruit issu du tamarinier. En Thaïlande, on mange aussi les feuilles de l’arbre crues ou cuites. En Birmanie, l’écorce de ce même arbre est séchée et réduite en poudre, on utilise alors cette poudre additionnée d’un peu d’eau comme masque pour purifier la peau. Et cela, je l’ai appris car, un jour, j’ai découvert notre magnifique tamarinier (ci-dessous) dépouillé de 40cm2 de son écorce. J’ai pété les plombs et crié au scandale… et j’ai vu notre employé birman commencer à suer à grosses gouttes. Il m’a fallu un moment comprendre ce qu’il avait fait de l’écorce de cet arbre et il a fallu encore plus de temps pour qu’il comprenne que j’aimais autant lui donner 40 baht pour qu’il achète cette poudre miracle à la pharmacie locale plutôt que de voir mon arbre amputé. Y a pas de doutes, il m’a prise pour une folle…

tamarin

Il existe des fruits acides ou sucrés… un peu comme les cerises et les griottes … Le tamarin doux se mange tel quel, le tamarin acide s’utilise en cuisine. Pour consommer se fruit, on casse l’écorce qui est fine et dure. Le fruit contient des noyaux (qu’on ne mange pas, eh non !)

tamarin2

Read more

Voyage au Vietnam – Hanoi – et café à l’oeuf

Bonne année à toutes et tous ! Que 2015 vous apporte santé, bonheur
ainsi qu’un tas de délicieuses choses à découvrir et à déguster ! 


coffee2

Voici un nouvel épisode de mes vacances au Vietnam et la recette d’une boisson (non alcoolisée… bah si) peu commune.

Hanoi, Hanoi, … que dire …

J’imagine qu’Hanoi est comme grand nombre de villes d’Asie, il faut plus d’un séjour sur place pour apprendre à apprécier l’endroit.

En comparaison à Saigon, Hanoi est bruyante et sale. Les rues de la vielle ville sont étroites et sinueuses, on s’y perd facilement.

Bruyante : la première chose qui choque, c’est le trafic. Pourtant, à Saigon, trafic il y avait, mais il semblait plus organisé et plus civilisé. Ici, il y a 4 millions de motos dans les rues. La plupart d’entre elles n’ont pas de rétroviseurs (parce qu’une moto avec rétroviseurs, ça a pas un look au top !), les voitures, les camions, les bus et même les autres motos klaxonnent en permanence pour signaler leur présence à tous ces conducteurs sans rétro !

Le bruit est infernal.

hanoi6

Pour traverser la route, il ne faut pas attendre qu’on te cède le passage, faut y aller : n’importe où, n’importe quand. Quand tu décides de traverser, tu y vas carrément (tu as le droit de fermer les yeux intérieurement et de prier pour arriver entier de l’autre côté), tu marches d’un pas lent mais décidé, tu ne t’arrêtes surtout pas… et tu vois, comme par miracle, toutes les motos et les voitures qui t’évitent tout en continuant leur chemin. Ah ben, je te jure que la première fois, ça fout les choquottes. Puis, à force de devoir traverser des rues sans passage piéton, tu t’y fais.

Read more

Voyage au Vietnam – Hanoi – et aubergines grillées au poulet

eggplantsalad1

Voilà,  c’est fait, la vie est à nouveau un long fleuve tranquille, je vis heureuse avec mon nouvel ordi, j’ai réussi à retrouver tous mes documents et je n’en reviens pas de la vitesse à laquelle tout cela fonctionne chaque fois que je clique … y a pas à dire, il y a eu un poil d’évolution dans le monde informatique au cours de ces 7 dernières années. Je n’avais pas réalisé à quel point mon regretté laptop était dépassé (et moi aussi du coup!). Bon, malheureusement, niveau internet, rien ne change, j’ai toujours une connexion qui fait la course avec les escargots … mais ça, je ne peux pas y faire grand chose !

Nous voici donc de retour avec la suite des aventures au Vietnam. (Maintenant je me la pète à mort avec mon nouvel engin et je parle de moi au pluriel, ça le fait mieux).
Notre récit sur Hanoi pourra te sembler un peu négatif mais on a pas vraiment eu beaucoup de chance : notre hôtel était nul (pas d’eau le dernier jour, personnel qui a essayé de nous faire payer des taxes et des surcharges fictives), on est tombé sur des chauffeurs de taxi pas honnêtes (avec des compteurs magouillés), on s’est fait menacer par des policiers sans qu’on comprenne pour qu’elle raison (sans doute mauvaise place pour prendre des photos …?) et pour finir, on s’est fait rouler dans la farine par une agence de voyage locale qui devait nous organiser une visite de plantations de thé … ouais, la liste est bien longue en seulement 3 jours sur place !

hanoibridge

Quoi qu’il en soit, nous avons aussi eu des chouettes moments, puis nous avons  changé d’hôtel, cela contribué à terminer notre séjour en beauté. D’ailleurs, si tu vas à Hanoi, évite comme la peste le Thaison Palace Hotel. Si tu recherches un hôtel de classe moyenne propre et confortable, je ne peux que te recommander le Garden Hanoi Hotel.

Parmi les bons moments de notre séjour, il y a eu le spectacle de marionnettes sur l’eau. Alors, oui, c’est un truc pour les touristes, mais c’était un moment magique. Le spectacle n’est pas très long mais il n’y a pas de temps mort. Les marionnettes racontent des histoires de la vie des paysans locaux, on voit la plantation de riz, une partie de pêche, un canard du paysan qui se fait dévorer par une bête sauvage, et bien d’autres histoires tout à fait compréhensibles et drôles même si on ne capte pas un mot de vietnamien. Tu peux cliquer sur le lien pour voir un extrait du spectacle :  marionnettes

resto1

Pas loin du théâtre de marionnettes, on a mangé un fantastique repas dans un superbe restaurant : Cau Go. Nous sommes tombés sur l’endroit par hasard mais nous avons vu après coup que ce restaurant est vivement recommandé sur TripAdvisor. Il se situe au dernier étage d’un bâtiment en bordure du lac et offre une belle vue sur le lac et la ville.

Nous avons commandé des aubergines grillées au gingembre et au porc, une salade de fleurs de bananier et des crevettes aux pousses de bambou. Le tout, servi avec du riz parfumé et un condiment trop délire à base de sésame et de cacahuète.

Read more

Voyage au Vietnam, troisième partie – Ho Chi Minh City

traffic

Dans ce dernier volet sur Ho Chi Minh City, il y a beaucoup de bla bla et un peu de bonnes choses …
Pas de recette cette fois-ci, sorry ! Mais ne te fais pas de soucis, d’autres recettes vietnamiennes sont en préparation avec l’article sur Hanoi.
Les photos sont de Ryan B. 

Pour la recette de la salade au porc mariné et grillé, c’est ici.
Pour la recette des Banh Khot, c’est par-là.

Nous avons beaucoup apprécié notre séjour à Saigon. La ville est bruyante mais pas trop, il y a de beaux parcs bien entretenus, tout est facile d’accès. Nous nous sommes déplacés principalement en taxi, les prix pratiqués sont raisonnables (il y a un compteur) et les chauffeurs tout à fait corrects, aucune mauvaise expérience de ce côté là.

market5

moto
Au niveau des déplacements, de nombreux vélo-pousse-pousse sillonnent la ville, ils te harcèlent pour te transporter. Deux d’entre-eux ont proposé de nous emmener au marché pour 15’000 dôngs par personne (moins d’un dollar). Je leur ai fait répéter deux fois le prix car je n’en croyais pas mes oreilles.  C’étaient 2 petits vieux, plutôt sympas, ils nous ont presque fait pitié (c’est le but, ils te regardent avec des yeux tristes et te racontent tout les problèmes de santé de tous les membres de famille qu’ils ont à charge) et on est monté dans les pousse-pousse… (Ryan a dû m’y traîner de force, j’avais vraiment pas envie de me promener à vélo au milieu de la circulation de dingue…). Ils nous ont déposés au marché et ont absolument tenu à nous attendre, contre notre volonté. Ils ont refusé l’argent qu’on leur tendait et nous ont dit qu’ils nous ramèneraient à l’hôtel une fois nos courses terminées. Bah, s’ils veulent attendre, qu’ils attendent, après tout, pourquoi pas ? Et tu vois, on a beau être habitué à voyager, on a beau être habitué aux arnaques, là, on a rien vu venir (on était trop excité par notre journée de shopping…  Promet-moi que tu ne seras jamais aussi stupide que nous, ok?).

Read more

Voyage au Vietnam, seconde partie – Ho Chi Minh City

Notre première étape au Vietnam : Ho Chi Minh City – Saigon

Pour lire le début des aventures et connaître la recette des Banh Khot, c’est ici.

Avant notre départ, nous avons lu plein d’articles, de revues, de guides sur le Vietnam. Suite aux commentaires sur les tunnels de Cu Chi, je voyais l’endroit comme une tape à touristes. Mon compagnon de voyage a tant insisté pour y aller que j’ai jeté l’éponge et l’y ai accompagné. Nous avons visité le site de Cu Chi avec une guide privée : Alice. Lors de notre visite, il pleuvait et très peu de touristes étaient présents.

Durant la guerre entre Viêt-congs et Américains, ces tunnel servaient à la résistance locale. On y vivait, on s’y cachait, on y préparait des armes artisanales et des conseils de guerre s’y organisaient. Ces tunnels sont très bas et très étroits, les soldats américains ne pouvaient pas s’y engager, seuls les Vietnamiens de petite taille et maigres arrivaient à les emprunter.
Il y a plus de 200km de tunnels qui relient les villages de la banlieue de Saigon. Ils ont été construits durant la guerre d’Indochine, le réseau a été agrandi au fil des années et ce jusqu’à la fin de la guerre contre les Américains.
Lors de la visite, on découvre comment les armes artisanales étaient fabriquées, avec les moyens du bord, ce que les gens mangeaient pour survivre et comment ils arrivaient à rester cacher et à tromper l’ennemi. On peut même se déplacer (à croupi) dans ces minuscules tunnels, histoire de mieux réaliser à quel point l’Homme est prêt à tout pour survivre : quelques minutes dans ce labyrinthe souterrain chaud et humide suffisent largement pour devenir claustrophobe même si on ne l’est pas en temps normal !
On se ballade en forêt, sans imaginer que sous nos pieds, il y a un fabuleux réseau de galeries. On découvre des chambres, des entrées, des systèmes de ventilation au fur et à mesure de la visite.
Beaucoup d’animations et de démonstrations mais aucun panneau explicatif. Pour bien comprendre ce qu’on voit, c’est important d’avoir un guide qui nous donne les explications nécessaires.
En résumé: visite passionnante, touchante, impressionnante. A ne manquer sous aucun prétexte. 

tunnels
La terre retirée lors de l’excavation des tunnels était, entre autres, utilisée pour reproduire de fausses termitières.
A la base de la termitière, on pouvait facilement cacher des trous servant à l’aération des tunnels.

 tunnels3
Les points d’entrée des galeries sont discrets.
Ils étaient camouflés sous un tapis de feuilles mortes, rendant leur localisation difficile. 

tunnels1

Seuls des gens de petite taille pouvaient  parcourir ces tunnels sans trop de difficultés.

Read more