Skip to content

Posts from the ‘Envie de douceur’ Category

Caramel au miso blanc

Le miso, c’est un peu comme la pâte de crevettes, le cénovis ou le camembert, la première fois que tu plantes ton nez dessus, tu as envie de partir en courant. Depuis que j’habite en Thaïlande, je me suis habituée aux odeurs de nourriture qui dérangent, ici on a quand même le durian et le Jambada qui sont 2 fruits qui dégagent une odeur putride, la pâte de crevettes et autres liquides à base de gouramis fermentés, les odeurs de viande pas fraîche au marché, le poisson séché, le porc fermenté … mais le somment de l’horreur, pour moi, ce sont les pousses de bambou fermentées en saumure qui, une fois cuites, dégagent une odeur puissante de pipi de chat (sans déc ! je te jure que c’est vrai).

Il y a très longtemps de cela, je m’étais organisé un mois de vacances pas chères et j’avais trouvé un bon deal avec un club de plongée en Malaysie : je m’occupais d’accueillir les plongeurs, de nettoyer le centre et de préparer à manger pour le staff en échange de plongées gratuites. Le matin, j’arrivais avant tout le monde et je commençais par installer les tables et préparer le café… Ce matin là, en arrivant au centre de plongée, j’ai été agacée par une odeur d’animal crevé. J’ai un nez assez sensible et j’ai commencé à sniffer autour de moi pour trouver la charogne. J’ai été surprise de me casser le nez sur un truc qui ressemblait à un litchi géant. J’ai chopé la chose et je l’ai balancée dans la jungle, le plus loin possible de mon lieu de travail (pas de soucis car c’est biodégradable et bon débarras car plus d’odeur, tip top nickel). La journée s’est déroulée normalement et à un moment, le patron du club de plongée a débarqué, super énervé, en demandant à tout le monde : “Zavez pas vu mon Durian?”
Puis vu que personne ne l’avait vu, il s’est vraiment énervé : “Non mais c’est dingue, je me suis fait voler mon durian !” La recherche du durian a duré longtemps… moi, je m’en suis pas mêlée car le patron avait l’habitude de faire beaucoup de cinéma et que je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était un durian, j’avais bien assez à faire comme ça entre les promenades sur la plage et les baignades dans l’eau à 29 degrés. L’après-midi, un des guides locaux et allé cueillir un durian dans son jardin et l’a apporté au patron, histoire de le calmer. C’est à ce moment là, en voyant le gigantesque litchi brun qu’il portait fièrement que j’ai compris que j’étais la voleuse de durian, je me suis fait toute petite (pas difficile) et toute discrète (beaucoup plus dur). Je n’ai jamais avoué mon crime et je n’ai jamais vraiment compris comment on pouvait avoir envie, sans être menacé de vie ou de mort, de manger un truc qui dégage un telle odeur.

Le miso est une pâte fermentée, à base de riz et de soja, venue du Japon. Elle sert de condiment.

Comme je suis très curieuse, j’avais envie de tester ce fameux miso lorsque que me suis cassé le nez sur un bocal en faisant mon shopping. En ouvrant le bocal, j’ai été surprise par l’odeur puis en l’utilisant pour préparer un bouillon, je n’ai pas été convaincue par son goût puissant et j’ai décidé de ne plus m’y intéresser.
C’est en regardant mon émission culinaire télévisée préférée (Masterchef Australia) que j’ai réalisé qu’il existait en fait plusieurs types de miso et que je n’étais certainement pas tombée sur le plus intéressant ou le plus facile d’accès.
J’ai été très intriguée par une recette de sauce caramel au miso blanc réalisée par une contestante, elle avait ajouté des cacahuètes concassées dans le caramel au miso et elle a servi cela avec une mousse au chocolat blanc et une glace au chocolat… tu vois le genre : chocolat – caramel – cacahuètes … mhhhhhhhh!
Je me suis mise en tête de trouver le fameux miso blanc pour essayer ce caramel étrange. J’ai réussi à dégotter du miso blanc artisanal dans un magasin de produits organiques à Bangkok.


Le miso blanc est préparé à base de riz et de soja, il est moins salé et moins affiné que les autres types de miso. Il est donc plus doux.
Il apporte une touche salée au caramel un peu comme un caramel au beurre salé mais en moins gras car presque sans beurre. Il a un petit je ne sais quoi qui le rend différent de tous les caramels que j’ai goûté. Les petits morceaux de haricot qui composent le miso lui donnent une dimension supplémentaire.
En plus, c’est hyper vite préparé : 10 minutes chrono et vraiment facile à faire … et je suis une vraie tanche en pâtisserie donc si je te dis que c’est facile, tu peux me croire.

Read more

Petits puddings banane, coco et rhum

puddings4
Si je poste mes recettes à un rythme de moins en moins soutenu, ce n’est pas par perte de motivation, c’est juste que la vie au sud de la Thaïlande ne m’offre pas vraiment de répit.
Il y a eu la fin du semestre scolaire avec la correction de 200 copies en l’espace de 2 jours, la recherche d’un nouveau logement et puis la création d’un site web avec réservation en ligne pour un charmant petit resort sur une île paradisiaque de la région.
Avec tout cela, peu de temps pour cuisiner et pour te préparer de nouvelles recettes.

Dans notre bientôt ex-jardin (je reviendrai sur cette sombre histoire dans mon prochain article), on a plein de bananiers. Certains sont en fleur et on a 5 régimes de bananes qui mûrissent tranquillement. Derrière la maison, les arbres sont rachitiques et produisent des mini-bananes de consistance bizarre et beaucoup trop sucrées… pas terrible du tout !

banana2

Mais à l’avant de la maison, il y a un groupe de bananier qui produit de belles bananes qui s’annoncent bien bonnes. On les chouchoute depuis 3 mois. On tuteure l’arbre pour pas qu’il ne tombe sous le poids des bananes, on lui coupe les feuilles les plus âgées pour qu’il donne assez de nutriments à ses fruits… on attend avec impatience que les bananes soient prêtes à être récolées mais ça prend du temps. Il y a quelques jours, Nan a annoncé d’un ton très solennel que les bananes seraient ramassées dans moins d’une semaine ! J’étais toute émoustillée !
Et il avait raison, je ne sais pas s’il l’a vu dans sa boule de crystal mais les bananes ont bien été ramassée … sauf qu’elles l’ont pas été par nous !
Dimanche matin, étant seule à la maison, j’ai fait la larve… et soudain, alors que je trainais les pieds dans mes rêveries, j’ai entendu un grand CRAAAAAAAC en provenance du jardin. Comme c’était pas un crac de carrosserie de voiture froissée, je me suis pas inquiétée, trop en manque d’énergie pour vraiment bouger. Au second grand CRRRRAAAAAAACCCCC, je me suis dirigée vers la porte et l’ai ouverte au rythme du pas-de-saucisson. Et là… vision d’horreur, mon état larvesque a été instantanément enseveli sous la bave du pitbull enragé : “NON mais c’est quoi ce binz ?”
Le beau-frère de la propriétaire était entrain de charger mon régime de banane dans son pick-up.
En m’apercevant, et surtout en voyant la fureur sur mon visage, il a dû réaliser qu’il devrait partager son butin pour pouvoir s’en aller sans se faire mordre par un animal enragé… et il m’a tendu 2 misérables mains de bananes en compensation.

bananes1

Read more

Kanoum Krok – petites crêpes à la noix de coco

kanoum5

Aujourd’hui, un peu de douceur dans ce monde de brutes !
Les Kanoum krok sont généralement préparés comme snack de l’après-midi. Ici, les gens ne mangent pas vraiment de dessert mais ils aiment bien grignoter toute la journée. Le truc horrible avec ces kanoum krok, c’est qu’ils sont tout croustillant à l’extérieur, tout fondant dedans et qu’ils sont sucrés juste ce qu’il faut … du coup, quand tu les vois en cours de fabrication dans la rue, tu ne peux pas t’empêcher de t’arrêter pour en acheter.
Comme on les trouve un peu à tous les coins de rue, je ne me suis jamais vraiment donnée la peine d’en préparer moi-même.
Cette fois, je m’y suis mise, j’ai sorti ma “poêle à trous” que j’avais rapportée du Vietnam et, à ma grande surprise, c’est vraiment vite fait et super facile à préparer. Du coup, t’as aucune excuse pour ne pas essayer !

kanoum2

Les kanoum krok qu’on trouve chez les marchands sont soit nature, soit avec des grains de maïs ou avec des oignons verts émincés (chui pas une grande fan de l’oignon dans mon dessert), soit avec du taro cuit et coupé en petits dés. Les meilleurs sont définitivement ceux qui sont préparés nature !

spirit03

La recette se fait normalement avec du lait de coco frais et de la noix de coco fraîche, râpée.
J’ai essayé plusieurs versions dont une sans noix de coco râpée et avec du lait de coco en berlingot et je dois dire qu’ils étaient parfaits à mon goût !

Il y a 2 pâtes : une pour l’extérieur et une pour l’intérieur. La pâte extérieure ne contient pas de sucre, c’est normal. C’est important de bien recouvrir les alvéoles avec cette pâte non sucrée, lorsqu’on ajoute la seconde pâte, qui elle est sucrée, si elle entre en contact avec la poêle chaude, le lait de coco caramélise et brûle. C’est alors difficile de désincarcérer les crêpes.

Les poêles à kanoum krok sont généralement en fonte. De manière traditionnelle, on les fait chauffer sur le feu de bois. La version moderne utilise des brûleurs à gaz. Ces poêles en fonte pèsent une tone et coûtent une fortune. Du coup, au Vietnam, lorsque j’ai découvert des poêles en téflon ultra légères, je n’ai pas hésité une minute. La poêle en fonte a l’avantage de rester très chaude et de permettre de bien dorer ces petites crêpes. Ce n’est pas le cas des poêles en téflon. Mes crêpes sont donc moins dorées mais elles sont plus croustillantes que celles que j’achète au marché !

Ces  crêpes sont meilleures mangées tièdes. On les sert généralement accompagnée d’un petit bol de sucre en poudre et d’un bol de coco fraîchement râpée, on y trempe des crêpes encore tièdes. Personnellement, je trouve ces crêpes bien assez sucrées, je ne les trempe jamais dans le sucre en poudre… mais en Mai, fais ce qu’il te plait !

kanoum4

Read more

Courge caramélisée et lait de coco

Ce dessert est une vraie tuerie. Ici, il est servi avec du lait de coco dans lequel tu peux ajouter des glaçons, si tu le souhaites … mais tu peux très bien supprimer le lait de coco et servir la courge caramélisée tiède sur une boule de glace “fleur de lait” ou coco.

courge2

Depuis longtemps déjà, je voulais préparer ce dessert, le problème a été d’obtenir la recette. Une recette thaïe est à l’image de la vie quotidienne dans mon bled : floue et fluctuante. Je te jure, il faut que tu essaies la prochaine fois que tu viens en Thaïlande : tu demandes à une personne locale de t’expliquer comment préparer un plat que tu aimes. Et là, deux possibilités : soit tu es dans un jour de patience infinie et tu essaies de poser des questions pour obtenir des informations précises que tu n’obtiendras pas, soit t’es dans un jour de trop-plein et tu rentres à la maison broucouille.
La technique qui marche le mieux, c’est l’espionnage : il s’agit de rester dans la cuisine au moment de la préparation du plat et de prendre note de ce qui est fait. Du coup, pas besoin de poser de question et pas besoin de s’énerver.
Je pense que c’est difficile d’obtenir une recette car les gens n’en lisent pas. Ils cuisinent comme ils ont appris à la maison, en famille. Personne ne mesure précisément des aliments et personne n’écrit les recettes.

Juste pour te donner l’exemple de ma courge, j’ai d’abord essayé de demander la recette à Nan.
Il a dit : “oh, c’est super facile à faire, il faut nettoyer la courge et la cuire dans du caramel”.
J’ai évité de dire à haute voix toutes les remarques sarcastiques qui dansaient dans ma tête et j’ai demandé quelle quantité de sucre il fallait mettre par kilo de courge.
La réponse a été “il faut pas en mettre trop” … no comment !

J’ai ensuite demandé à mes collègues de m’expliquer comment préparer cela.
Réponse : “tu cuis la courge et tu mets le caramel dessus”.
Question :  “tu cuis la courge dans le caramel ou séparément ?”
Réponse : “comme tu veux …”
… désespoir…

Read more

Petits pots de crème de mangue

mangues

En Thaïlande, les mangues sont absolument délicieuses. Il en existe une multitude de variétés.
Les plus petites sont de la taille d’un abricot. On peut les acheter vertes pour les préparer en salade ou en salsa, elles sont extrêmement acides. Une fois mûres, elle ont une belle couleur orange, elles sont alors très parfumées et conservent un peu de leur acidité. Elles sont très prisées et ne sont pas disponibles toute l’année.  Mûres, elles coûtent une fortune : 5 euros par kilo (ça te fait sourire mais, ici, c’est très cher).

Les plus douces sont les mangues de forme allongée (mangue jaune au premier plan sur la photo). Elles sont incroyablement sucrées et parfumées. En comparaison avec les petites mangues pré-citées, elles coûtent 35 baht par kilo, ce qui correspond à moins d’un euro. Contrairement aux mangues que je mangeais en Europe et qui provenaient d’Afrique, celles-ci n’ont pas du tout le goût fort et un peu poivré  qui me dérange parfois dans la mangue. Elles sont juste délicieuses. Vertes, elles se mangent comme une pomme avec un peu de sel et de piment en poudre. Elles ne sont pas acide même lorsqu’elles ne sont pas mûres.

Les mangues un peu plus rondes et de plus grande taille sont légèrement acidulées. Elles sont bonnes mais je ne les aime pas autant que les mangues allongées.

J’ai toujours de la peine à faire des desserts variés à base de mangues car je ne trouve que rarement les ingrédients nécessaires. La plupart des desserts contiennent de la crème fraîche, des amandes, du chocolat  et plein d’autres ingrédients que je ne trouve pas ici. De plus, je n’aime pas le goût que prend la mangue une fois cuite. Cela limite donc les possibilités.

Alors lorsque j’ai découvert cette recette sur le blog Alter Gusto de Carole autant te dire que j’ai foncé au magasin pour me procurer des yogourts.
Les yogourts que je trouve ici ne sont pas extraordinaires et pourtant ces crèmes de mangue sont très bonnes. Autant dire qu’avec les yogourts que tu peux trouver en Europe, cela va être un délice !

Liste des ingrédients pour 6 petits pots de crème :

350 gr de chair de mangue bien mûre

300 gr de yogourt grec nature, non sucré

50 gr de lait concentré sucré

une pointe de couteau de cardamome en poudre (facultatif)

Les crèmes se cuisent au bain-marie. Il faut donc un plat à gratin qui puisse contenir tes 6 petits pots de crème.

Préchauffe le four à 140°C. Place à l’intérieur le plat à gratin rempli d’eau chaude (attention au niveau d’eau, pas que cela déborde lorsque tu y déposeras tes crèmes).

Dans le bol d’un mixer, réduis en purée 250 gr de chair de mangue. Ajoute le yogourt, le lait concentré sucré et la cardamome. Mixe bien. Goûte et ajoute un peu de lait concentré si tu le souhaites.

Coupe en petits dés les 100gr de chair de mangue restants. Répartis-les dans le fond des pots. Verse la crème de mangues par-dessus.

mangues5

Fais cuire au bain-marie durant 25 minutes.

Laisse refroidir puis place au frais durant au moins 3 heures pour que les crèmes prennent bien.

mangues2

Dessert thaï à la courge

courge-coco

 

Les desserts thaï, en soi, ça n’existe pas ! En tous cas pas dans cette région de la Thaïlande. Il y a des tas de préparations sucrées à base de riz et de noix de coco principalement mais elles ne sont jamais servies en dessert. Ici, on mange une triple portion de riz pour chaque repas avec un petit peu de viande ou de légumes mais jamais de dessert. Par contre, en plus des 3 gros repas par jour, on prend des collations à longueur de journée et c’est généralement entre les repas qu’on mange les desserts.
Les plats sucrés ne sont pas des desserts comme on les entend en Europe. Rares sont les personnes qui ont un four dans leur cuisine, on prépare tout sur un réchaud à gaz. Cela signifie qu’on trouve rarement des gâteaux incroyables ou des tartes aux fruits. Le taux d’humidité fait que le pain et les pâtisseries se conservent mal et deviennent tout mous très rapidement.
Parmi les desserts, il y a tous ceux à base de :
– riz gluant (stick rice) : riz gluant à la mangue (un des grands favoris), riz gluant à la coco cuit dans un morceau de cane à sucre, riz gluant noir à la coco, …
– de crêpes : petites crêpes au lait de coco (à tomber à la renverse), crêpes de farine de riz farcies à la pâte de haricot ou à la crème de padan, ou encore des crêpes farcies d’un mélange de sucre de palme et de coco fraîche, …
– de courge : courge au caramel (c’est trooooo bon), courge au lait de coco, courge entière farcie de pudding à la coco et coupée en tranches, …
– perles de tapioca : là, on touche au domaine du bizarre pour moi : on mélange de la glace pilée, des perles de tapioca, des sirops, des fruits étranges… pour obtenir un mix de plein de trucs assez gluant-sucré-sans goût distinct.
– les beignets : de bananes, de jackfruit, de patates douces, de taro, …
– les gelées : de coco fraîche et de plein d’autres trucs que je n’arrive pas à décrire.
J’en oublie sans doute !

Ce dessert-ci est absolument parfait pour les froides journées d’automne et d’hiver !
Il peut être servi chaud, tiède ou froid. Il m’est arrivé d’en préparer lorsqu’on rentrait de plongée, frigorifiés (en saison des pluies il peut faire bien froid quand on est tout mouillé et qu’il n’y a pas de soleil) et cela a toujours rencontré un grand succès !

C’est très facile à préparer, les perles de tapioca ne sont pas indispensables mais elles apportent un petit truc en plus !

tapioca

Il est important de bien équilibrer le sel et le sucre dans le lait de coco. Le lait de coco peut être très écoeurant s’il est trop sucré et très fade s’il ne l’est pas assez.  En ajoutant beaucoup de sucre, on a un dessert pas fade et en ajoutant un peu de sel, on retire cette impression de lait de coco écoeurant. Le mieux est de ne mettre ni trop de sel ni trop de sucre en cours de préparation et d’en ajouter petit à petit lorsque le plat est prêt, jusqu’à ce que le goût nous plaise bien.
L’autre point important est de ne pas trop cuire la courge. Il faut qu’elle soit juste tendre, pas croquante mais pas fondante. Si elle est trop cuite, elle se défait et le dessert n’a plus aucun intérêt.

Voici la liste des ingrédients, clique sur l’image pour la voir en plein écran :

courgecocoingr

Prépare la courge : retire la peau et les graines. Coupe-la en petits cubes de 1cm de côté.

courge

Dans une casserole, porte à ébullition le lait de coco et l’eau, 2 c.s. de sucre et 1/2 c.c. de sel.
Baisse le feu, ajoute les perles de tapioca et laisse mijoter 10 minutes à feu doux.
Goûte le lait de coco, ajoute un peu de sucre et de sel jusqu’à ce que le mélange soit à ton goût. Pour cette recette, j’ai utilisé 2 c.s. de sucre et  1 c.c. de sel rase car j’aime quand ce n’est pas trop sucré. A toi de voir.

Ajoute les dés de courge et cuis-les dans le lait de coco jusqu’à ce qu’ils soient à peine tendre (5-7 minutes). Ils termineront la cuisson lors du refroidissement du lait de coco.

A servir chaud (s’il fait bien froid dehors) ou froid (s’il fait bien chaud dehors).

Retour de vacances et petits gâteaux qui envoient du rêve

Nous venons juste de rentrer de 5 semaines de vacances en Suisse… eh oui, nous faisons les choses à l’envers !
Nan a découvert les montagnes et la neige, il a aussi découvert la nourriture Européenne.
Je prépare souvent des salades, des pâtes ou des plats au four, mais il est vrai que les ingrédients que l’on trouve en Thailande pour cuisiner de la nourriture européenne ne sont pas au top ! J’avais donc beau dire à Nan que même s’il ne trouve pas fantastique lorsqu’il mange italien ou français en Thaïlande, il apprécierait cette même nourriture un fois en Suisse, il ne voulait pas me croire.
Nous avons donc emporté dans nos bagages un rice cooker et des tonnes de réserves de nourriture thaï car il avait peur de crever de faim. C’était d’ailleurs sa palus grande angoisse à propos de nos vacances. Incroyable, non ?
Autant dire que pour ma part, je n’avais aucune envie de manger du riz une fois en Suisse !!
Après 4 ans d’abstinence, avoir droit à de vraies salades, du pain croustillant, des fromages de toutes les couleurs, des légumes du jardin parfumés et de la viande de boeuf tendre, des poissons frais du lac et surtout des fraises, des pêches, des framboises ! LE PARADIS !
Nous avons été reçus comme des rois et tout le monde nous a préparé, avec amour, des repas absolument délicieux.
Nan a, lui aussi, découvert et apprécié tout cela et nous n’avons utilisé le rice cooker qu’en de rares occasions.

Nous sommes montés à 3000 mètres, sur le glacier des Diablerets, pour trouver un peu de neige… Nan a beaucoup aimé le froid (modéré) et la neige mais selon lui : “c’est bien juste pour voir, un jour ça suffit”.

glacier

Nous avons n’avons pas manqué l’incontournable jet d’eau de Genève. Splendide journée au bord du lac.

jetdeau

Nan n’a pas pu s’empêcher de prendre des dizaines de photos de bornes pour collecter les poubelles… c’est vrai que pour un non-Suisse c’est un concept un peu extravagant. Pour un asiatique, devoir payer une taxe par sac de poubelle utilisé, ne pouvoir utiliser que les sacs poubelle vendus par l’Etat, devoir trier ses déchets et ensuite les apporter soi-même aux emplacements prévus à cet effet, c’est irréel. Pour comprendre le principe, pas de soucis, il le comprend mais ce qu’il ne comprend pas c’est que tout le monde l’applique !

poubelles

Je suis revenue en Thaïlande les bras chargés de cadeaux à dévorer (et toujours sans aucune envie de recommencer à manger du riz) : chocolat, thés parfumés, graines à germer pour les salades, fromages, saucisses au chou, du sucre rose au goût de tarte aux fraises (utilisé sur mes petits gâteaux), des fraises tagada, des dragibus… Merci à ma famille et à tous mes supers potes qui me manquent déjà !
Tout cela pour dire que je n’ai pas beaucoup cuisiné thaï depuis que nous sommes rentrés… en fait je n’ai pas beaucoup cuisiné quoi que ce soit vu tout ce qu’on a boulotté durant un mois !

J’atterris en douceur et je fais les choses au ralentis… rythme suisse ?

En faisant mes commis, il y a quelques jours, je suis tombée sur un giga pot de crème aigre (crème acidulée). C’est particulièrement étonnant car c’est un aliment que je n’ai encore jamais vu dans un magasin de la région. Comme de bien entendu car personne ne cuisine avec de la crème – et encore moins acidulée – en Thaïlande, ce pot était en liquidation (1 euro pour 1/2 litre) car la date était arrivée à échéance. Ni une ni deux, j’ai sauté sur l’occasion de devoir cuisiner “farang style”.
J’ai fait une sauce pour des légumes à grignoter crus, des pommes-de-terre au four avec une autre sauce… puis l’inspiration a manqué…
Pour finir le pot, je suis allée faire un tour sur le net en guise d’inspiration et je suis tombée sur une recette incroyable :
Un gâteau sans farine, comme un cheese cake mais sans le fond et avec un glaçage à la crème acidulée…
2 gros avantages pour mon mois de la “slow motion” : vite préparé et avec un salissage de cuisine minimal : un plat creux, un mixer et un moule pour la cuisson. J’étais déjà conquise avant même d’avoir essayé.
Et quand finalement, j’ai mordu dedans… oh là là… tropdéliretellementcestsucculent !

cheesecake1

Read more

Confiture ultra-rapide de mangues

J’aime les confitures. Chaque fois que je fais du pain, je me mords les doigts de pas avoir de confiture sous la main. En Thaïlande les confitures sont inmangeables, elles sont un million de fois trop sucrées et bourrées de colorants et autres trucs pas nets.
Mes amis m’en apportent quand il viennent me trouver mais elles ne durent jamais bien longtemps. Ma préférée de tous les temps : ABRICOT !
et juste derrière dans le classement : “framboises du jardin” et “raisin rouge de grand-maman”
Ouh là, rien que d’y penser, je salive.

confiture1

J’ai bien essayé de faire des confitures mais sans grand succès. Les fruits ici sont si sucrés que quand on y ajoute la quantité de sucre nécessaire, c’est carrément écoeurant. L’autre problème, c’est la conservation, il fait en moyenne 35 degrés à l’ombre… et on n’a pas de cave ! Les bocaux sont presque introuvables et quand on récupère des bocaux du commerce, les couvercles rouillent (si, si, je te mens pas). En l’espace de quelques mois, le couvercle est rongé de rouille.
Jusqu’à ce jour, j’avais fait une croix sur les confitures…
Et voilà-t-y pas que je tombe sur une recette de confiture à base d’agar-agar, avec moins de sucre car on a un gélifiant. Ahhhhhh ?
Ca résout pas mon problème de conservation mais ça résout déjà le problème de la quantité de sucre. Puis au fil de mes recherches je vois qu’on peut faire de la confiture “à cru” en ajoutant une poudre gélifiante (pectine) dans les fruits.
C’est bien clair que je n’ai pas le moindre petit espoir de trouver quoi que ce soit qui ressemble à ce produit ici… donc j’oublie.
Mais quand même.
J’aime beaucoup cette idée de faire de la confiture sans avoir besoin de trop cuire les fruits. J’aime le goût de la mangue fraîche. Le goût de la mangue cuite n’est pas terrible.

Ca valait la peine d’essayer un truc moitié-moitié, genre bien Suisse, sans se décider vraiment ni pour l’un ni pour l’autre ! Du coup, je ne sais pas trop si on peut appeler cela confiture :  c’est une compote de fruits presque sans sucre et gélifiée !

Read more

Cake moelleux au citron vert et au gingembre

cake-citron

Ce cake imbibé de sirop de citron vert est incroyablement moelleux. Comme tu le sais déjà, je suis une inconditionnelle du gingembre et j’en ajoute à peu près partout, y compris dans mes desserts. Cette recette de cake moelleux au citron est un classique suisse que nous avons tous préparé un jour dans notre jeunesse. Cette recette est publiée par Betty Bossi. Je l’ai modifiée pour en faire des mini cakes au citron vert et au gingembre.

Cela m’arrive assez régulièrement d’imbiber ces merveilles d’alcool … ben, qu’est-ce que tu veux, à mon âge, on ne se refait pas !
J’ajoute alors, à mon sirop de citron vert, du rhum brun. Pour le dosage, c’est un peu en fonction de tes goûts. Ici, il en faut toujours un grand verre pour moi et 2 c.s pour les gâteaux ! Comme quoi, y a pas que le cake qui est imbibé !

Voici la liste des ingrédients pour un moule en silicone de 9 mini-cakes : clique sur l’image pour la voir en plein écran.

cake

Préchauffe le four à 180 degrés.

Au mixer, travaille le beurre et le sucre en pommade.

beurrepommade

Bats les oeufs dans un bol et ajoute-les petit à petit au beurre en continuant à bien mélanger.

oeufs

Ajoute par petites quantités le mélange farine, poudre à lever, bicarbonate.

Incorpore délicatement les zests de citron vert et la c.c. de gingembre râpé.

zeste

Mets la pâte dans des moules en silicone graissés et cuis à 180 degrés durant 22 minutes.

Mélange le jus de citron, la c.s de gingembre râpé et le sucre glace.  Filtre à travers une passoire à thé. Ajoute 2 cs d’alcool si tu le souhaites.

passoire

Sors les cakes du four et laisse refroidir 5 minutes. Démoule les cakes, dépose-les dans un plat creux et fais des trous avec un cure dents. Verse le sirop de citron sur les cakes et laisse refroidir.

cake-citron