Thai food » Curry

Catégorie : Curry

Aubergines au curry

J’ai l’impression que ça fait une éternité que je ne me suis pas sérieusement remise aux fourneaux. Et cela fait encore plus longtemps que je n’ai pas posté de nouvelle recette (non, sérieux, plus long qu’une éternité, c’est possible ?). Je ne vais pas t’assommer avec le récit de mon existence ces derniers mois mais je n’ai pas les bons plans d’Hannibal Smith et ma vie se déroule toujours avec beaucoup d’accrocs. Dans les points positifs, j’ai eu la possibilité de faire un voyage, bien trop court, en Suisse et j’en ai profité pour rapporter plein de cools gadgets pour cuisiner … mais je t’en parlerai la prochaine fois … d’ailleurs, il faudra aussi que je te raconte mon voyage à Koh Lanta en Avril dernier parce qu’il y a eu quelques belles découvertes.

Read more

Liserons d’eau au curry rouge

Une recette toute simple, vite prête et originale proposée par le chef McDang.
Le chef McDang est très médiatisé et respecté en Thaïlande. Il est membre de la famille royale et a étudié en Angleterre dès un très jeune âge. Il se passionne pour la cuisine, lâche ses études universitaires et suis des cours au “Culinary Institue of America”. Il ouvre un restaurant aux Etats-Unis avant de revenir en Thaïlande. Il est actuellement ambassadeur de la cuisine thaïe à travers le monde. Il essaie de faire comprendre à son pays l’importance d’avoir des écoles culinaires professionnelles qui enseignent les principes de la véritable cuisine thaïe et a écrit un livre à ce sujet (The Principles of Thai Cookery) – qu’entre nous soit dit je n’ai pas lu parce que Nan me bourre le mou à longueur de journée avec ses principes de cuisine thaïe … et que ça me suffa comme ci – mais qu’entre nous soit dit toujours, d’après les extraits que j’en ai vus (du livre, pas de Nan), il doit être vraiment intéressant (le livre, pas Nan).

Read more

Curry acidulé à la papaye verte et aux fleurs de colibri végétal

Voici, à l’approche d’Halloween, une recette de soupe orange aux trucs bizarres et aux piments. Et pour me faire pardonner mon absence de ces dernières semaines, je t’offre même, en prime, une histoire de fantômes!
Alors attention les yeux, il ne s’agit pas d’une histoire sortie de mon imagination, il s’agit de la vérité, rien que la vérité.
Read more

Crevettes et petais sautés au curry

Sator, tu connais ? C’est le nom thaï pour les stink beans (haricots qui puent) ou petai. Il s’agit de gousses qui poussent dans de gigantesques arbres. On consomme la fève qui se trouve à l’intérieur de ce haricot plat. Cette fève a un goût d’ail cru très prononcé … Du coup, quand tu en manges, tu chopes une haleine de cheval pour la journée … et peut-être même le jour suivant si tu as de la chance (ou si comme moi tu adores ça et que tu en manges trop).

Read more

Curry massaman de boeuf – version avec tamarin

Je viens juste de rentrer d’un voyage d’une semaine avec mes collègues. Je ne sais pas si tu arrives à imaginer un voyage avec 35 instits thaïs mais je vais tenter de te dépeindre l’ambiance… En Thaïlande, les gens vivent en groupe et voyagent en groupe. La plupart de mes collègues n’a jamais voyagé hors du pays. En Thaïlande, les gens organisent leurs voyages via une agence qui réserve tout et met un guide à disposition. On suit le guide et on tente de voire et faire un maximum de choses en un minimum de temps. Nous avons voyagé en bus… et dans le bus, histoire de ne pas s’ennuyer, on a des micros, des giga-écrans et on fait du karaoké en poussant le volume à coin ! Après une heure de chansonnette, j’en avais déjà ras les chaussettes… mais imagine … une semaine complète dans le bus … avec des voyages de 10 à 12 heures … !

Read more

Curry acidulé au poisson – Gaeng Som Pla

Le curry acidulé au poisson ( Gaeng Som Pla ou sour and spicy curry) est, en Thaïlande, le plus apprécié des curries. Il est très rarement présent sur les cartes des restaurants thaïs à l’étranger et méconnu des touristes. Il s’agit d’un curry sans lait de coco originaire du sud de la Thaïlande. Comme tout ce qui vient du sud du pays, son goût est intense et son pouvoir pimenté est bien supérieur à tout autre curry. Pour ma part, je ne peux pas le manger : quelques bouchées et je ne sens plus le goût d’aucun aliment, j’ai le nez qui coule et les larmes aux yeux. J’aime le goût de ce curry mais je ne peux jamais en commander au restaurant pour les raisons pré-citées. J’ai bien souvent demandé à Nan ou à mes amis de m’expliquer comment le cuisiner mais tout le monde me dit que ce n’est pas possible de faire ce curry sans trop de piment donc tout le monde refuse de m’aider à le préparer… C’est magique !

gaengsom11
Voilà comment j’ai attendu de longues années avant de trouver ma prof de cuisine privée. Comme pour les nouilles oranges, j’ai proposé un échange : ah ? tu veux que je te montre comment préparer des choux à la crème ? Pas de problème… mais uniquement si tu me montres comment préparer un curry acidulé au poisson. La soeur de Nan a relevé le défi mais a secoué la tête en signe de désapprobation lorsque je n’ai mis que 2 piments dans ma pâte de curry !

Je te propose ici une recette adaptée à mes papilles, piquante juste comme il faut.

Ce curry a été repris et adapté dans toutes les régions de la Thaïlande, c’est devenu un plat national aux innombrables variantes. Seules 2 constantes : il n’est jamais préparé avec du lait de coco et il est toujours plus piquant que ce que tout ce que tu peux imaginer.

Mon premier contact avec le Gaeng Som n’a pas été des plus heureux. Une des variantes de ce curry est préparée avec des pousses de bambou en saumure. Ces pousses de bambou, une fois cuites, dégagent une odeur identique à celle du pipi de chat. Je te jure que je n’exagère pas. Un jour donc, de bon matin, j’entre dans la cuisine commune de notre centre de plongée et je sens cette odeur qui me retourne l’estomac… je suis en rage contre notre chat que je chasse à coup de balai et je fais le tour de la cuisine en reniflant partout pour trouver l’endroit où ce maudit chat a … quand soudain, mon odorat est attiré vers la table, par le plat de curry qui s’y trouve ! Oh horreur ! comment peut-on manger un truc pareil. J’imagine que c’est un peu comme si je plaçais un époisses bien fait sous le nez de Nan…
Bref, j’ai filmé le plat de Gaeng Som pour éviter d’avantage de pollution olfactive et je me suis promis de ne jamais y goûter.
C’est en discutant avec mes amis Thaïs et en plaisantant à propos de l’odeur de leur nourriture que j’ai compris que ce curry peut être préparé de nombreuses manières. La version que je te propose est délicieuse, elle ne contient pas de pousses de bambou macérées et dégage une fantastique odeur.

Ce plat est préparé avec du poisson ou des fruits de mer. On peut y ajouter des légumes en tous genre. Dans ma région, il est généralement préparé avec du chou-fleur, de la papaye verte coupée en gros cubes, du melon d’eau, des grosses fleurs blanches dont je ne connais pas le nom ou alors des morceaux d’ananas pas trop mûr. Je pense que ce curry est un super moyen d’utiliser les courgettes que tu as dans ton jardin et dont tu ne sais plus quoi faire.
Le côté acidulé du curry vient du jus de citron qu’on y ajoute. On peut remplacer ce jus de citron par du tamarin ou utiliser des fruits séchés Som Khek. L’ananas apporte également un peu d’acidité lorsqu’on l’utilise.
Ce curry est toujours préparé avec des poissons entiers, vidés et coupés en darnes . La tête du poisson est cuite dans le curry, le foie et les oeufs également. Je n’ai jamais vu de Gaeng Som préparé avec des filets de poisson.
Certaines personnes ajoutent un peu de sucre dans le curry pour balancer l’acidité mais dans ma région, cela ne se fait pas. Libre à toi d’ajouter du sucre si tu le souhaites.

La pâte de curry peut être préparée rapidement et facilement, elle ne requiert pas de nombreux ingrédients. J’ai même investi dans un mortier et laissé tomber mon blender pour l’occasion !
La pâte de curry est parfois préparée avec de la chair de poisson cuit. Cela donne une consistance plus épaisse au curry et c’est un bon moyen de recycler des restes de poisson grillé ou bouilli. Tu peux sans problème le faire : il suffit d’ajouter la chair de poisson à la pâte déjà prête et de bien mixer le tout au blender ou dans le mortier.

gaengsom2

Read more

Flans de poisson au curry rouge – Hor Mok

Ces petits flans de poisson au curry rouge (Hor Mok), cuits à la vapeur, sont juste magiques. Ils sont parfaits pour un buffet d’été entre amis ou pour un brunch parfumé. Ils peuvent être mangés chauds, tièdes ou froids.

horpoisson3

En fait, ce ne sont pas vraiment des flans mais je ne sais pas trop quel nom leur donner. C’est un peu entre un flan et une terrine … Si t’as une idée de nom plus appétissant que flan de poisson, je suis preneuse !

C’est un des plat que Nah nous préparait régulièrement lorsqu’elle cuisinait notre lunch … elle avait l’obligation d’en faire une double ration pour que j’en aie pour mon repas du soir également !

Ces flans de poissons sont vendus dans les différents marchés de nourriture, un peu partout sur le continent … mais ils sont préparés avec de la pâte de curry rouge que je trouve bien trop piquante. Lorsque Nah nous les cuisinait, ils étaient pimentés juste comme il faut et très parfumés. Ils sont, traditionnellement, cuits à la vapeur dans des feuilles de bananier pliées en forme de petite coupe. Dans ce post, je te présente la version coupelle remplie de poisson et dans un autre article, je te présenterai une variante poulet-crevettes dans les petits paquets.  A toi de choisir ce que tu préfères …

Si tu ne trouves pas de feuilles de bananier … car je conçois bien que ça ne se trouve pas à tous les coins de rue … tu peux utiliser du papier sulfurisé ou des ramequins qui résistent à la chaleur. Des moules à cupcake en silicone font également l’affaire.

horpoisson6
Read more

Flans de poulet et crevettes au curry rouge – Hor Mok

Ces petits flans de poulet et crevettes au curry rouge (Hor Mok), cuits à la vapeur, sont originaux et délicieux. Ils sont absolument parfaits pour un pique-nique car ils sont faciles à transporter et peuvent se manger froids. Il s’agit d’une variante de la recette classique préparée à base de poisson.

horpoulet3

Ils sont, traditionnellement, cuits à la vapeur dans des feuilles de bananier pliées en forme de petite coupe. Nah, notre cuisinière, ne préparait pas des coupelles mais faisait de petits paquets bien fermés. En soi, c’était plutôt intelligent car elle cuisinait pour 8 personnes et pouvait ainsi entasser les petits paquets dans la passoire pour la cuisson à la vapeur.
Dans ce post, je te présente la version de Nah.

Ces flans se préparent normalement avec des feuilles de basilic doux. Le basilic doux, la plupart du temps, sur l’île, on n’en avait pas. Par contre, dans notre jardin, on avait des feuilles de lolot à profusion. Nah les utilisait donc pour parfumer ces flans. A toi de voir ce que tu trouves facilement dans les magasins : basilic doux ou feuilles de lolot… mais il est préférable de ne pas utiliser les 2 car ils ont chacun un  parfum fort et particulier. Je dois dire que j’aime bien le basilic doux avec le poisson et que je préfère les feuilles de lolot avec la version au poulet.

Si tu ne trouves pas de feuilles de bananier … car je conçois bien que ça ne se trouve pas à tous les coins de rue … tu peux utiliser du papier sulfurisé ou des ramequins qui résistent à la chaleur. Des moules à cupcake en silicone font également l’affaire.

 

horpoisson6

 

La pâte de curry du commerce peut être utilisée pour ce plat : curry rouge ou curry panang mais le mieux est de la préparer soi-même, elle est bien plus parfumée et tu peux adapter la dose de piments. Recette pour la pâte de curry panang maison.

Pour cette recette, tous les ingrédients doivent être bien froids. 

Ces flans sont cuits à la vapeur, si tu n’as pas de casserole faite pour cela, voici comment procéder.
Read more

Fish cakes – croquettes de poisson au curry rouge

fish5

Pour le 1er avril, quoi de mieux que des croquettes de poisson ?
Les fish cakes se trouvent absolument à tous les recoins du pays, c’est pas une blague. Ils font partie de ces petites choses qu’on peut grignoter à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Ils sont vendus par des marchands ambulants ou dans les marchés. Généralement ces croquettes sont embrochées sur une baguette en bambou par groupes de 3. Les croquettes sont cuites une première fois et réchauffées dans un bain d’huile chaude, par le marchand, au moment où tu les achètes. Cela donne des croquettes bien sèches et bien grasses…

Je n’ai jamais été vraiment malade à cause de la nourriture depuis que je suis en Thaïlande (une seule fois en 7 ans, c’est à peu près autant qu’en Europe) mais je dois dire que je regarde toujours d’un mauvais oeil la nourriture transportée sur une moto 3 roues : cuisiner à même la rue, en pleine poussière, au milieu de la circulation et des gaz d’échappement, … c’est plus fort que moi, ça me fait pas envie de manger.
Il y a bien longtemps que je ne me formalise plus pour l’hygiène des cuisines locales ou des restaurants, je n’ai aucune crainte et je mange volontiers des fruits ou légumes crus, je consomme des litres de glaçons chaque jour. Je ne suis pas sensible ni dégoûtée facilement, toutefois, j’essaie d’éviter au maximum :
– les aliments frits : l’huile a régulièrement un goût pas net qui imprègne les aliments,
– l’eau qui ne vient pas de ma propre bouteille d’eau minérale : l’eau potable est de l’eau puisée dans le sol et filtrée… mais quand tu sais tout ce qui part dans la nappe phréatique, tu ne veux pas vraiment boire cela même une fois filtré. De plus, l’eau en carafe a souvent un goût de chiottes (et je n’exagère pas vraiment).
– les boulettes, croquettes et saucisses en tous genres qui contiennent une haute dose de glutamate et autres trucs pas nets
– les viandes crues ou peu cuites : quand tu vois comment les aliments sont conservés, comment ils sont congelés et décongelés à maintes reprises, je te jure que tu veux manger de la viande, des fruits de mer ou du poisson bien cuits.
– tout ce qui pourrait contenir de l’oeuf cru … oeuf de poule en batterie ou de poule en liberté ne change pas grand chose au schmilblik: les poules en batteries sont bourrées d’aliments dont je préfère ignorer la composition et les poules en liberté se nourrissent dans les égouts. Je n’ai pas encore vu un seul endroit décent avec de beaux poulets en liberté et bien nourris.

Cela complique passablement mon quotidien, mais c’est une habitude à prendre. Du coup, je cuisine régulièrement. Je n’achète pas souvent mes repas aux stands ambulants et j’inspecte bien la nourriture des restaurants avant de commander mon repas. Comme les restaurants ont très souvent des cuisines ouvertes, ce n’est pas bien difficile de regarder ce qui s’y passe.

Etant donné que j’aime beaucoup ces petites croquettes de poisson mais que je n’arrive pas à me décider à les acheter cuites, j’ai commencé à acheter des sachets de chair à croquettes au marché. Puis, un jour, je me suis dit que ça ne devait quand même pas être sorcier à préparer. Je me suis lancée et, à ma grande surprise, le premier essai était le bon. C’est non seulement facile à faire mais c’est aussi vite prêt, délicieux et cela fait un apéro original. Je ne peux que te recommander cette recette.

En ce qui concerne la sauce, tu peux la faire toi-même selon la recette ci-dessous mais tu peux simplement acheter de la sauce toute prête au piment doux. C’est ce qui est généralement servi avec les coquettes, ici, et c’est très bon.

fish3
Read more

Curry de poisson séché et de liserons d’eau

Curry de poisson séché et de liserons d’eau (Gaeng tae poh) … ce n’est pas le titre le plus sexy qu’on puisse trouver, je te l’accorde. Pourtant, c’est carrément mon curry préféré.

curry3

Il s’agit d’une spécialité de la région dans laquelle je vis. C’est une version de gaeng kati (curry coco) avec du tamarin, du poisson séché-salé et des liserons d’eau. Ce curry est parfumé au tamarin, à la citronnelle, au curcuma et au galanga : Mhhhhhhhhhhhhh

condiments

Il se prépare de manière traditionnelle avec du poisson séché-salé : pla khem. On utilise les carcasses des poissons, qu’on a fait dessaler dans de l’eau au préalable, comme base pour le curry. Normalement, il n’y a que les carcasses et les légumes mais j’aime mieux lorsqu’il y a de la chaire de poisson. Dans ma version, j’utilise donc les filets de poisson séché-salé et je ne les dessale pas.

J’en ai fait une variante aux coquillages, la recette est ici.
Tu peux utiliser des darnes de poisson frais au lieu du poisson salé. N’oublie pas de consulter la liste des poissons recommandés et déconseillés avant de faire tes achats.  Si tu utilises des darnes de poisson frais, cuis-les entières dans le curry.

Read more

Penne sauce au curry rouge, lardons et aubergines

penne4

Les semaines passent et ne se ressemblent pas…

Je ne peux pas dire que Novembre et Décembre aient été monotones, j’ai eu droit chaque semaine à de nouvelles surprises, bonnes ou moins bonnes !

Tout a commencé par des entretiens pour un nouveau job. Ici, pour un entretien d’une heure, on perd une journée complète : convocation à 8h30, attente de 2 heures, changement de programme, lieu de l’entretien déplacé, attente d’une heure, … bref, tu as compris le topo.
Après l’entretien, pas de nouvelles, pas d’infos… puis un jour, un coup de fil pour m’annoncer que je devais commencer à travailler le lendemain (sans contrat de travail signé ni de conditions discutées, ni même d’explication quand au travail exact qu’on me demande de fournir). Un petit coup de stress … mais après 6 ans en Thaïlande, l’impro, ça me connait ! Il suffit de faire comme eux : garder le calme et le sourire, fonctionner au ralenti et s’en taper du reste.

En parallèle, j’ai eu des petits soucis de santé. J’ai fait des aller-retours chez le médecin qui me proposait chaque fois un traitement différent vu que le précédent ne fonctionnait pas.
Puis, par dessus le marché, mon WiFi a rendu l’âme.

Pour finir, après 2 semaines de mon nouveau job, j’ai dû me faire hospitaliser un peu en urgence. Je te rassure,  les médecins ont enfin trouvé ce que j’ai et je me tape une cure de 15 jours d’antibiotiques à haute dose et une semaine d’arrêt de travail … sans internet à la maison puisque le WiFi est toujours hors service !

Voilà le résumé de ce mois écoulé et l’explication de mes longs silences.
Tout cela devrait enfin être terminé, je me sens mieux, je suis une semaine à la maison avec tout le temps devant moi pour cuisiner et je vais faire installer le câble pour internet (enfin entre ce que je souhaite et ce qui est concrètement réalisé par les techniciens locaux, … cela risque de prendre quelques semaines) !

Pour aujourd’hui, je te propose une recette toute simple mais délicieuse qui est parfaite pour garnir un bon plat de pâtes.
Tu peux en faire une version végétarienne en remplaçant les lardons par 1 c.s. d’huile végétale au goût neutre (mais pas d’huile de palme).

Tu peux utiliser de la pâte de curry rouge du commerce mais elle est très pimentée, fais attention aux quantités que tu en utilises. Le mieux est de ressortir la pâte de curry panang que tu as préparée selon cette recette et mise au congèl il y a quelques temps.

Pour le pâtes, on compte généralement 250 gr de pâtes crues pour 2 personnes. Tu peux choisir des penne mais c’est également succulent avec des nouilles fraîches. Je ne te fais pas l’affront de t’expliquer comment cuire les pâtes, on passe directement à la recette de la sauce !

Ingrédients pour une sauce pour 2 personnes :

1 aubergine
50 gr de lardons fumés
3 gousses d’ail
2 c.s. de pâte de curry panang

2,5 dl de lait de coco

2 dl d’eau

2 feuilles de citron kaffir (facultatif)

1/2 oignon

1 c.s. de concentré de tomates

1 c.c. de bouillon en poudre

1 c.c. de sucre

Read more

Omelette farcie au curry vert

omelette farcie

Pas de panique, je posterai aussi la recette originale du vrai curry vert… N’oublie pas que nous sommes en Thaïlande et qu’ici rien ne presse …
Pour aujourd’hui, je t’ai préparé une omelette farcie.

En Thaïlande, les gens mangent beaucoup d’oeufs : c’est une source de protéines moins chère que la viande et comme ils ont tous des poules qui courent autour de la maison, tout le monde a des oeufs.
Moi, j’aime pas les poules, donc je me contente d’acheter mes oeufs au marché.
Un repas classique pour les travailleurs locaux se compose d’une omelette toute bête, de poisson grillé ou en soupe et, si c’est pas la fin du mois, d’un autre plat. Généralement, les thaï mangent BEAUCOUP de riz avec un petit peu de garniture, contrairement à nous qui mangeons beaucoup de garniture et un poil de riz pour accompagner. Les proportions ne sont donc pas les mêmes si on cuisine ici ou en Europe. Je pense que cette recette s’adapte bien pour 2 ou 3 personnes : 2 personnes si elle est servie avec une salade et 3 personnes si elle est servie avec du riz.

On peut en faire une recette végétarienne en supprimant le poulet et en remplaçant la pâte de crevettes par du bouillon de légumes en poudre.

Cette omelette est préparée à base de légumes et viande crus mais tu peux ajouter tout ce que tu veux à la dernière minute dans la poêle et donc recycler les restes de viande grillée ou restes de légumes, il suffit juste de les hacher menus.

omelettecurryvert

Voici donc une variante intéressante de la bête omelette. Comment préparer tout cela ?
Clique sur l’image pour pouvoir imprimer la liste des ingrédients… ou simplement la voir en plein écran.

ingredients

Read more

Curry massaman de poulet

Grand classique de la cuisine thaï, ce curry est très parfumé. Il rappelle les saveurs d’Inde et du Moyen-Orient. Il s’agit d’un curry qui n’est pas très pimenté, ou tout du moins pas autant que les curry rouge ou curry vert. Toutefois, dans le sud de la Thaïlande, les gens sont des fadas de piments et il m’est arrivé de goûter des massaman trop forts pour que je puisse les manger. Comme quoi, ici, il n’y a aucune règle, c’est la jungle !

massaman3

Plus je parcours le net et plus je découvre des recettes de “curry thaï” qui s’intitulent ainsi sans raison apparente car elles n’ont rien de semblable à un curry. Ce n’est pas parce qu’on cuit des aliments dans du lait de coco qu’on peut appeler cela curry thaï. J’ai aussi rencontré plusieurs recettes du “véritable curry comme là-bas”, “le seul, le vrai, l’unique” ! Eh bien laisse-moi te dire : “c’est tout du pipeau”. C’est un peu comme si je postais LA seule et unique véritable recette de la tarte aux pommes. Il n’existe de pas vrai curry thaï pour la simple et bonne raison que chaque cuisinière a sa propre recette. De plus, il existe un grand nombre de variétés de curry qui demandent tous des ingrédients différents. Au marché, le stand où j’achète mes pâtes de curry en propose une dizaine de sortes. J’ai souvent vu des dames locales demander des mélanges des différentes pâtes en fonction de ce qu’elles veulent en faire. Plus on se dirige vers le nord du pays, plus les curries sont légers et préparés à base d’eau et d’épices. Plus on va au sud, plus les curries sont épais, pimentés et bourrés de lait de coco (normal, les cocotiers poussent dans le sud de la Thaïlande).
La seule constante est la manière de cuire les différents ingrédients :

1. Il faut une matière grasse dans laquelle on va faire revenir la pâte de curry, l’ail et les épices. Cela peut être de l’huile végétale ou du lait de coco.
2. On  fait également revenir la viande dans ce mélange de gras et d’épices durant quelques minutes.
3. On ajoute du liquide : eau ou lait de coco et on laisse mijoter jusqu’à ce que la viande soit prête. En cours de route, on ajoute les légumes en fonction de leur temps de cuisson.
4. On rectifie l’assaisonnement en fin de préparation car si on sale en cours de route et que la sauce réduit, on a des mauvaises surprises.

Tout cela pour dire que je ne prétends pas te procurer LA recette du massaman mais uniquement une recette que j’ai appris à préparer avec notre cuisinière locale et que j’apprécie.

Je n’ai jamais eu l’occasion de goûter les pâtes de curry massaman du commerce. Je n’ai donc pas la moindre idée de leur qualité. Si tu veux préparer ta pâte de curry maison, voici une recette facile : pâte de curry massaman.
Le massaman est délicieux avec du boeuf. Il faut choisir de la viande pour ragout et la couper en cubes de 2-3cm. Tu laisses tout cela mijoter 40 minutes ou plus et c’est un régal. Je ne prépare pas de boeuf car celui que je trouve au village est carrément comme de la semelle. Du coup, c’est jour du poulet !

Le massaman peut être servi avec du riz thaï mais lorsque Nah nous le préparait, elle le servait avec des nouilles aux oeufs frites. Tu mets les nouilles aux oeufs croustillantes dans l’assiette et tu verses le curry chaud dessus. On adorait tous cela.

massaman5
Si tu veux essayer, il faut trouver des nouilles chinoises aux oeufs, sous forme sèche. Plus les nouilles sont épaisses, meilleur c’est.

nouilles3

Voici la seule sorte de nouilles aux oeufs que j’ai réussi à trouver dans ma région, elles sont juste un poil trop fines mais c’est bon quand même.
Par contre, elles sont super salées… c’est bien la première fois que je trouve des nouilles chinoises salées, c’est sans doute précisé sur le sachet mais ça me fait une belle jambe !!!

Tu fais chauffer de l’huile dans une poêle creuse et tu y fais frire les nouilles par petites portions durant quelques minutes pour qu’elle deviennent légèrement dorées et bien croustillantes.

nouilles

nouilles2

Liste des ingrédients pour cette recette : clique sur l’image pour la voir en plein écran :

Read more

Curry de coeur de palmier et crevettes

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas mangé du coeur de palmier. La dernière fois remonte à 4 ans, lorsqu’on avait abattu des cocotiers sur notre terrain pour planter des arbres qui font de l’ombre et qui ne sont pas dangereux.
Ben oui, un cocotier c’est assez agressif : lorsqu’une noix de coco se détache et tombe, il vaut mieux ne pas être dessous. D’ailleurs, les Thaïs ne marchent jamais sous les cocotiers, ils les contournent.
On a abattu les cocotiers et on les a remplacés pas des arbres en forme de parasol qui produisent des petites baies rouges délicieuses et qui procurent de l’ombre et du frais.

coeurdepalmier1

Cela a fait un double bonus car, en prime, on a pu manger les coeurs des cocotiers. C’était une grande découverte pour moi, je ne savais pas que cela se mangeait et je dois dire que je m’attendais à quelque chose d’un peu étrange. Honnêtement, j’ai adoré cela.
On en a préparé durant une semaine car il y en avait vraiment beaucoup… et j’ai dévoré le coeur de palmier frais dans tous ses états. J’ai de la peine à décrire à quoi cela ressemble… c’est croquant, frais, et cela a un très léger goût de noix de coco, c’est assez doux sans être sucré.

Il y a quelques jours, au marché, je me suis retrouvée nez à nez avec du coeur de palmier, je n’ai pas hésité une seconde. Je m’attendais à payer une bombe car on en voit pas souvent et je me rappelle que mes amis considéraient cela comme une marchandise de luxe… j’ai payé 35 baht pour 500gr … un peu moins d’un euro !
Autant dire que je ne vais pas attendre 4 ans avant d’en cuisiner à nouveau !

surprise

Je ne sais pas si tu trouves du coeur de palmier frais en Europe. Si oui, fonce ! c’est carrément délicieux.
Si non, il faut te rabattre sur celui en boîte. Je n’en ai jamais goûté, je ne peux pas dire si c’est très différent du frais ou non.

Cette recette de curry est typique du sud de la Thaïlande. C’est un curry non-piquant, très doux et très léger.

On en a préparé beaucoup et, le lendemain, j’ai mangé les restes avec des nouilles fraîches … mmmhhhhhhhhhhh

Si tu as la chance de pouvoir te procurer du lait de coco frais car toi aussi tu habites sous les cocotiers, n’utilise pas d’eau. Remplace-la par du lait de coco frais. Le lait de coco que je trouve au marché est beaucoup plus clair et plus liquide que le lait de coco en berlingot. C’est pour cette raison que je propose d’utiliser moitié eau -moitié lait de coco dans la recette.

Remarque : Véro a testé ce curry avec du coeur de palmier en boîte et le trouve un peu trop doux. Ce n’est pas le cas avec du coeur de palmier frais. Si tu utilises des boîtes, en fin de cuisson, juste avant de servir ton plat, ajoute 1-2 c.s. de jus de citron vert si tu trouves le tout trop doux. 

Voici la liste des ingrédients : clique sur l’image pour la voir en plein écran.

coeurdepalmier

Décortique et déveine les crevettes. Rince-les bien.

Place les têtes des crevettes et l’eau dans une casserole, porte à ébullition. Cuis durant 5 minutes pour obtenir un fumet de crevettes. Laisse refroidir un peu puis filtre. Garde précieusement le fumet de crevettes.

Coupe les coeurs de palmier en fines lamelles. Laisse tremper dans de l’eau durant une dizaine de minutes puis rince-les bien à l’eau courante.

coeur-de-palmier-6

Ecrase les gousses d’ail et retire la peau.
Pèle et écrase les échalotes. Ce n’est pas nécessaire de les couper, on les laisse écrasées-entières.

Rince bien le curcuma, gratte la peau avec un petit couteau (attention aux habits, c’est un colorant naturel puissant, je te conseille de porter des gants si tu souhaites ne pas avoir les mains jaunes) et coupe-le en fines lamelles.

Place le lait de coco, le fumet de crevettes, le curcuma, l’ail, les échalotes, la pâte de crevettes et la sauce de poisson dans une casserole et porte à ébullition. Laisse cuire à feu moyen durant 5 minutes.

Ajoute les tranches de coeur de palmier. Cuis une dizaine de minutes.

coeur-de-palmier-5

Goûte et rectifie l’assaisonnement avec le sel si nécessaire.

Au dernier moment, ajoute les crevettes et continue la cuisson jusqu’à ce qu’elles soient cuites.

A servir avec du riz parfumé.

coeur-de-palmier4

Curry de boeuf panang

Le curry de boeuf panang est un curry très parfumé. Il est agrémenté de feuilles de citron kaffir et cela lui donne un goût rafraichissant.

panaeng2

Ce matin, pour la première fois, j’ai acheté du lait de coco frais. D’habitude j’utilise le lait de coco en brique. Cela fait longtemps qu’on me dit que tous les plats cuisinés sont nettement meilleurs avec du lait de coco frais. Comme, sur mon île, les gens sont trop flemmards pour produire du lait de coco et le vendre, impossible d’en trouver. Maintenant que j’habite “en ville”, je peux m’en procurer facilement.

Au marché, un couple prépare les noix de coco devant nous : Lui prend des noix de coco (brunes, pas vertes) coupées en 2 et il les passe sur une machine qui gratte l’intérieur pour en extraire la chair. Elle récupère la chair et la vend fraîche, sous forme de lait ou grillée. Elle prépare le lait à la minute, en fonction de la demande. Pour ce faire, elle ajoute un peu d’eau à la chair fraîchement râpée et place le tout dans une presse pour récupérer le jus.

Le lait de coco frais est effectivement  plus parfumé que le lait en brique, il est nettement moins gras (car plus d’eau et moins de crème) et il est 3 fois moins cher… 20 baht pour un peu plus d’un demi litre (0,70chf / 0,50 euros). Tu peux voir sur la photo que la crème se sépare du reste. C’est cette crème que j’utilise pour faire revenir la pâte de curry puis j’ajoute le reste du lait pour diluer la sauce.

lait-coco-2

J’ai toujours un moment d’angoisse lorsque je vais au marché pour acheter un nouveau produit. Ici, dans mon bled, personne ne parle Anglais, je communique donc en Thaï. Il faut parler vite et clairement, et la dame demande toujours pour combien on veut de… curry ou de poisson ou de lait de coco, sous entendu pour quel montant. Je n’ai pas la moindre idée de ce que coutent les choses, je ne sais jamais quoi répondre et ça les énerve car je leur fais perdre du temps. Pour le lait de coco, j’ai tablé sur le prix de la brique : 20 baht pour un quart de litre, je me suis dit que je ne pouvais pas tomber trop loin du compte… tu aurais dû voir ma tête quand elle m’a donné mes 6dl de lait de coco ! On va en manger du curry ces prochains jours !

Aujourd’hui, recette de curry de boeuf ! J’y ai ajouté des oeufs de caille car je les avais sous la main, je me suis dit que ce serait sans doute pas mauvais. Ce curry peut être préparé sans légume, juste avec de la viande, mais j’ai trouvé de joli petits choux et j’avais envie de les ajouter. Je n’ai pas la moindre idée du type de chou dont il s’agit, tu peux utiliser du bok choï ou de la romaine ou le vert des côtes de bettes.

choux

La pâte de curry, je ne l’ai pas faite moi-même, je l’ai également achetée au marché. Elle est délicieuse mais elle arrache. La pâte de curry pour panang est identique à celle pour le curry rouge avec un peu de cumin et de muscade en plus. Tu peux donc utiliser de la pâte à curry rouge et y ajouter une pointe de cumin en poudre et un poil de muscade râpée. Si tu trouves de la pâte à panang, nickel ! Je te conseille de goûter un mini peu de cette pâte de curry avant que tu la mettes dans ton plat. Souvent, les pâtes du commerce sont incroyablement corrosives 🙂 Dose la force de ton curry en fonction de tes goûts.

curry

Voici la liste des ingrédients : clique sur l’image pour l’afficher en plein écran.

panang

Read more

Curry de coques au curcuma et au tamarin

gaengkatidef2

Aujourd’hui, premier jour officiel de ma nouvelle vie, je te livre MA recette favorite, celle qui fait miam : le curry de coques au curcuma et tamarin autrement appelé “Gaeng Kati”.
Gaeng signifie curry et Kati, c’est le lait de coco. Il s’agit d’un curry un peu acidulé et jaune vif. Il est encore meilleur lorsqu’on utilise du lait de coco frais mais c’est sans doute introuvable en Europe donc on le fait avec le lait de coco en brique. Il se prépare avec ou sans pâte de curry. Ici, on trouve au marché local de la délicieuse pâte de curry toute prête pour le “Gaeng Kati”.

pate-curry
Je te donne la version sans la pâte de curry, c’est délicieux aussi !

Ce curry au tamarin et au curcuma est un plat typique du sud de la Thaïlande et je ne l’ai jamais vu sur les menus des restaurants… en même temps je sais pas lire le thaï donc c’est vrai que ça aide pas.
On le prépare principalement avec du poisson mais comme tu le sais déjà, j’essaie d’éviter le poisson : info ici. Aujourd’hui, je le prépare avec les coquillages frais que j’ai trouvés ce matin au marché.

Généralement, il est cuisiné avec… accroche toi bien… des pousses de feuilles de courge. J’ai découvert cela ici. Dire que j’ai toujours eu des courges dans mon jardin et que je ne savais même pas qu’on pouvait manger les feuilles de la plante ! Une fois cuit, cela ressemble à des épinards mais avec un goût un poil plus doux. Comme je viens juste de déménager, je n’ai pas encore de courges au jardin et aujourd’hui, au marché, il n’y avait rien qui y ressemble. Mais n’hésite pas à essayer, c’est top délicieux. Pour voir comment préparer cela : clique ici.

Si tu veux en mettre dans ce curry, tu peux les ajouter 15 minutes avant la fin de cuisson.

Le galanga n’est pas indispensable pour cette recette mais il ajoute une touche fraîche. Ce n’est pas une bonne idée de le remplacer par du gingembre. Le galanga se congèle bien. Si un jour tu en trouves du beau au marché, ça vaut la peine d’en garder un morceau au congèle pour les jours de pénurie.
Sur la photo ci-dessous, tu peux voir les 2 morceaux que je me suis fait refiler ce matin… un tout beau tout frais qui sort juste de terre (à droite) et un bien vieux pas beau mais qui donne quand même bon goût. Donc pas de panic, même si celui que tu trouves a un peu sale tête, balance-le dans le curry sans trop le regarder.

ka2

Ce curry, je l’envoie aussi à Scarlett, qui fête les 3 ans de son blog “Ca bouffe un doberman” et organise, à cette occasion, un concours de recettes sur le thème de “la Bretagne”.

Logo concours Ca bouffe 3 ans
Jète un coup d’oeil sur son blog, il est plein d’humour et de bonnes choses, ça vaut la peine !

Voici la liste des ingrédients, tu peux cliquer dessus pour la voir en plein écran.

curry-coques

Allez, on se met aux fourneaux sans attendre.

Read more

Curry vert aux aubergines

Oh oh oh, aujourd’hui, le temps est à l’orage, la mousson est là.
Histoire de ne pas se prendre une noix de coco sur le tête en sortant, je préfère ne pas sortir, c’est moins risqué. Bonne excuse pour cuisiner un peu !

orage

Manger thaï tous les jours, c’est fantastique. Les mets sont variés, pleins de légumes et de saveurs.
Par contre, manger thaï tous les jours sur une petite île, c’est un peu différent…
“Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ? tu veux… du poulet … ou du poulet ?”
Eh oui, malheureusement, le poulet, les choux et les carottes sont les seuls aliments qui sont livrés en abondance !
Nous commandons notre nourriture une fois par semaine sur le continent mais c’est assez difficile d’obtenir ce que nous désirons. Résultat : on commande, on regarde ce qui arrive… et on mange du poulet.
Du coup, aujourd’hui, pour ce curry vert, j’ai décidé de ne mettre que des aubergines: c’est mon jour de révolte.

aubergines1

Le curry vert est un plat archi connu… mais trop souvent, lorsqu’on en trouve la recette, il est préparé comme une soupe. En soi, ce n’est pas mauvais car les goûts sont là… mais ce qui est incroyable dans le curry vert, c’est son goût aromatique très fort et sa texture crémeuse. En Thaï, il s’appelle Gaeng Kiaow Waan. Cela signifie curry vert doux car on y ajoute du sucre pour balancer les saveurs. Lorsque tu prépares ton curry, c’est important qu’il soit salé et légérement doux à la fois. Le fait qu’il soit «doux» n’a rien à voir avec la quantité de piments qu’on y ajoute. Je peux te dire qu’ici, il arrache !
Le problème principal, si on est pas un grand fan du piment, c’est qu’on ne peut pas utiliser une grande quantité de pâte de curry. Les pâtes de curry vert qu’on trouve dans le commerce sont incroyablement spicy et du coup, comme on en met moins, notre curry perd de sa saveur. Je te conseille donc de faire ta pâte de curry toi-même: recette ici (ou alors de venir me trouver et on va l’acheter ensemble au marché:-)

En Thaïlande, le curry vert est préparé avec des boulettes de poisson, du poulet, du porc, des crevettes ou mêmes des oeufs durs, une ou plusieurs sortes d’aubergines, de la courge cireuse. Je trouve que le poulet va bien avec ce curry car le goût du basilic est prononcé et se marie parfaitement avec le poulet qui est un peu fade. Mais je suis une fan des aubergines sous toutes leurs formes et avec des aubergines, c’est un régal.

Lorsqu’on prépare un curry, c’est important de bien faire revenir la pâte de curry dans le lait de coco bouillant, cela permet de faire ressortir tous les parfums des épices du curry. Trop liquide, ce n’est pas un bon curry, il ne devrait pas avoir la consistance d’une soupe mais celle d’une sauce tomate bien épaisse. Dans certains restaurants, les curries sont servis très dilués car le lait de coco est un ingrédient assez cher.

Tu peux bien sûr en faire une version végétarienne en supprimant la pâte de crevette, en utilisant du sel au lieu de la sauce de poisson. Ensuite tu ajoutes des patates douces, des brocolis, des courgettes, des asperges, des champignons ou d’autres légumes qui te font de l’oeil.

Pour ce curry, j’ai utilisé 3 sortes d’aubergines, elles sont décrites ici : aubergines thaï

Voici la liste des ingrédients pour cette recette, tu peux cliquer sur l’image pour la voir en plein écran.
Read more