Skip to content

Curry acidulé à la papaye verte et aux fleurs de colibri végétal

curry4

Voici, à l’approche d’Halloween, une recette de soupe orange aux trucs bizarres et aux piments. Et pour me faire pardonner mon absence de ces dernières semaines, je t’offre même, en prime, une histoire de fantômes!
Alors attention les yeux, il ne s’agit pas d’une histoire sortie de mon imagination, il s’agit de la vérité, rien que la vérité.
fantome-citrouilleJe ne sais pas s’il en va de même dans les autres régions de Thaïlande mais ici, dans le sud, les fantômes font partie de la vie quotidienne. En Malaisie, c’était tout pareil : lorsque que je travaillais dans un centre de plongée des îles Perhentians, j’ai eu la chance de loger gratuitement dans la plus belle chambre du centre : celle avec vue directe sur la mer. Aucun membre du staff local ne voulait y dormir car elle était habitée par un esprit maléfique qui t’attaque durant ton sommeil. Autant te dire que quand j’ai courageusement proposé d’y loger, on m’a prise pour une folle. J’y suis restée durant 4 mois, sans jamais avoir de problème de cohabitation avec ce mystérieux companion, il était même bien plus silencieux et agréable que mes collègues locaux.
Pour en revenir à la Thaïlande, l’année dernière, à l’école où je travaille, une des élèves s’est retrouvée envoutée par un fantôme. Ne me demande pas comment c’est possible, j’ai essayé de me renseigner, personne n’a pu me répondre … c’est ainsi et c’est tout… arrête de poser des questions sans queue ni tête aussi !
Bref, cela a créé une panique générale au niveau des élèves et des parents d’élèves et on a dû fermer l’école.
Alors sincèrement, moi, les esprits, ce sont mes amis : grâce à eux, j’ai eu droit à une chambre gratuite avec vue sur la mer et à un week-end prolongé payé.
Des histoires de fantômes, j’en entends tous les jours. Des gens déménagent car leur maison est envoutée, on va trouver le mâge pour soigner des maux mystérieux, on suspend des dessins protecteurs au-dessus des portes, on se protège contre les attaques de l’au-delà du mieux qu’on peut et on espère que le ciel ne nous tombera pas sur la tête. En même temps, on a pas besoin des fantômes pour ça, les grands esprits des industriels indonésiens s’en chargent en nous inondant de leur fumées meurtrières et nauséabondes.

151012-photo-incendies-forets-indonesie-588x400
Jusqu’à y a pas longtemps, je trouvais ces histoires de fantômes distrayantes et je me faisais des blagues rien que pour moi : ATTENTION, c’est un sujet avec lequel on ne plaisante pas, dans le coin. Des fois, je partage mes blagues avec Nan qui en rit un peu jaune… car il ne veut pas croire aux fantômes mais il n’est pas encore totalement convaincu qu’ils n’existent pas.
Mon esprit agnostique et rationnel préfère penser que si mon four ne fonctionne plus juste le jour où je souhaite te préparer une merveilleuse recette de poisson au tamarin cuit au four, ce n’est pas à cause du fantôme qui se venge de mes gags pourris mais à cause du fait qu’un four de marque locale n’est pas fait pour résister plus de 4 ans et qu’il est fort probable qu’il rende l’âme sans plus ample explication.

Mais une fois encore, je me disperse, revenons à nos moutons. Il y a 15 jours, j’ai reçu un message de la soeur de la propriétaire de la maison que je loue pour m’annoncer que je dois libérer les lieux avant le 1er avril (non, c’est pas un gag). Ca m’a foutu en boule grave : j’ai emménagé il y a à peine 4 mois et dans le coin, c’est vraiment difficile de trouver un logement correct. Nan a voulu connaitre la raison pour laquelle on se faisait chasser et il a fait le tour du quartier en discutant avec les commères locales. Il a appris que la maison est restée inhabitée durant 8 mois avant notre arrivée car elle était hantée. Tu vois, on y revient !  La propriétaire est tombée malade à cause d’un mauvais esprit et elle avait des crises de folie… du genre à hurler à tue tête à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Cette dame a été hospitalisée et la maison a été désertée.
Du coup, lorsque l’étrangère s’est pointée, on s’est frotté les mains et on lui a loué la maison avec le fantôme dedans en bonus gratuit pour voir ce qu’il se passe… et étonnamment, rien de particulier ne se passa.
Résultat des courses : le fantôme a disparu, la famille de propriétaires souhaite revenir loger dans la maison et me fait dégager.
Va falloir que je pense à me faire un nom en tant qu’exorciste !

Du coup, vu qu’on a pas trop le choix, on s’est remis à la recherche d’une maison correcte. Comme par miracle, après une semaine seulement de recherches, on dégotte une maison encore plus belle et mieux située que celle où j’habite actuellement ! On se dépêche de contacter la propriétaire. Et on apprend … devine quoi … que cette maison est hantée ! J’explique en long en large et en travers à cette dame que je ne vois aucun désavantage à partager la maison avec un esprit et que cela ne m’empêche pas de dormir. Bah tu sais quoi ?
Elle a refusé de louer la maison car elle a peur que je ne reste que quelques jours et que je parte morte de trouille, la queue entre les jambes ! Elle a une maison toute neuve, qui est inhabitée depuis 6 mois car elle a peur de la louer. C’est magique, non ?
Je ne sais pas si je trouverai une maison correcte à louer, je ne sais pas si elle sera “habitée” ou non mais là, j’ai eu ma dose d’histoires de fantômes pour un bon moment.

Et puis comme mon four est envouté et que je ne peux plus l’utiliser, je mets de côté ma sublime recette de poisson au tamarin et à la noix de coco et je te propose cette recette originale.

curry1

C’est au marché que j’ai découvert ces jolies fleurs de colibri végétal (Sesbania grandiflora). La marchande m’a dit de les faire bouillir et de les manger avec une sauce pimentée à la pâte de crevettes: nahm prik kapi. Mais j’avais envie de les préparer avec un peu plus de goût, je te propose de les manger avec un curry acidulé Gaeng som et d’y ajouter de la papaye verte du jardin.

Comme j’en ai acheté une bonne quantité, j’ai aussi essayé de les préparer en tempura, comme des fleurs de courgettes en suivant pas à pas les précieux conseils de Camille (Le Manger).  La pâte à tempuras était parfaite mais ces fleurs ne sont pas aussi délicates que les fleurs de courgettes, elles sont épaisses et bien résistantes. Ce n’était pas un mariage très réussi. J’ai ensuite suivi les recommandations de mon ami Loïc qui lui, les prépare en beignets avec de la panure. J’ai donc trempé ces fleurs dans la pâte à tempuras puis dans de la panure et je les ai frites : un délice !

fleurs3

La recette originale de gaeng som se trouve ici.

Cette recette-ci ne contient pas de morceaux de poisson, on utilise de la chair de poisson cuite. C’est une recette parfaite pour utiliser des restes de poisson cuit au four ou à la vapeur.
La papaye verte (pas mûre) se consomme très souvent en salade mais, dans le sud de la Thaïlande, on adore la manger dans le curry acidulé. Une fois cuit, cela ressemble beaucoup à de la courgette, en plus ferme.

Il faut préparer ta pâte de curry maison.  Tu peux la faire soit dans un blender, soit dans un mortier.
Read more

Petits puddings banane, coco et rhum

puddings4
Si je poste mes recettes à un rythme de moins en moins soutenu, ce n’est pas par perte de motivation, c’est juste que la vie au sud de la Thaïlande ne m’offre pas vraiment de répit.
Il y a eu la fin du semestre scolaire avec la correction de 200 copies en l’espace de 2 jours, la recherche d’un nouveau logement et puis la création d’un site web avec réservation en ligne pour un charmant petit resort sur une île paradisiaque de la région.
Avec tout cela, peu de temps pour cuisiner et pour te préparer de nouvelles recettes.

Dans notre bientôt ex-jardin (je reviendrai sur cette sombre histoire dans mon prochain article), on a plein de bananiers. Certains sont en fleur et on a 5 régimes de bananes qui mûrissent tranquillement. Derrière la maison, les arbres sont rachitiques et produisent des mini-bananes de consistance bizarre et beaucoup trop sucrées… pas terrible du tout !

banana2

Mais à l’avant de la maison, il y a un groupe de bananier qui produit de belles bananes qui s’annoncent bien bonnes. On les chouchoute depuis 3 mois. On tuteure l’arbre pour pas qu’il ne tombe sous le poids des bananes, on lui coupe les feuilles les plus âgées pour qu’il donne assez de nutriments à ses fruits… on attend avec impatience que les bananes soient prêtes à être récolées mais ça prend du temps. Il y a quelques jours, Nan a annoncé d’un ton très solennel que les bananes seraient ramassées dans moins d’une semaine ! J’étais toute émoustillée !
Et il avait raison, je ne sais pas s’il l’a vu dans sa boule de crystal mais les bananes ont bien été ramassée … sauf qu’elles l’ont pas été par nous !
Dimanche matin, étant seule à la maison, j’ai fait la larve… et soudain, alors que je trainais les pieds dans mes rêveries, j’ai entendu un grand CRAAAAAAAC en provenance du jardin. Comme c’était pas un crac de carrosserie de voiture froissée, je me suis pas inquiétée, trop en manque d’énergie pour vraiment bouger. Au second grand CRRRRAAAAAAACCCCC, je me suis dirigée vers la porte et l’ai ouverte au rythme du pas-de-saucisson. Et là… vision d’horreur, mon état larvesque a été instantanément enseveli sous la bave du pitbull enragé : “NON mais c’est quoi ce binz ?”
Le beau-frère de la propriétaire était entrain de charger mon régime de banane dans son pick-up.
En m’apercevant, et surtout en voyant la fureur sur mon visage, il a dû réaliser qu’il devrait partager son butin pour pouvoir s’en aller sans se faire mordre par un animal enragé… et il m’a tendu 2 misérables mains de bananes en compensation.

bananes1

Read more

Crevettes et petais sautés au curry

sator6

Sator, tu connais ? C’est le nom thaï pour les stink beans (haricots qui puent) ou petai. Il s’agit de gousses qui poussent dans de gigantesques arbres. On consomme la fève qui se trouve à l’intérieur de ce haricot plat. Cette fève a un goût d’ail cru très prononcé … Du coup, quand tu en manges, tu chopes une haleine de cheval pour la journée … et peut-être même le jour suivant si tu as de la chance (ou si comme moi tu adores ça et que tu en manges trop).

14655720939_6dfffbe515_ophoto  “©harimurtee.wordpress

 

Les sators, c’est bon, c’est même délicieux ! Le problème c’est que chaque fois que j’essaie d’en avaler un bout, Nan me regarde d’un air méchant et me prévient que je vais devoir garder mes distances durant les heures qui suivent car il a une sainte horreur de leur odeur tenace.

 

phuket-438photo ©nunewblog.wordpress

 

Et, l’autre jour, miracle se produisit … on discutait préparation de crevettes et Môssieur déclare que la meilleure façon de préparer les crevettes, c’est : ” sautées avec des sator”. Surprise mais heureuse, je m’en suis allée au marché mon petit panier sous mon bras. Autant te dire qu’il m’a pas fallu longtemps pour dégotter tous les ingrédients nécessaires à la préparation de ce plat : à moi les sator ! Ca fait bien longtemps que j’ai abandonné l’idée d’obtenir une recette ou même une explication plus ou moins compréhensible de comment préparer tel ou tel plat, j’ai donc mis Nan face à mon panier à commission et j’ai observé le déroulement de la préparation.

Les petais poussent tout en haut de très grands arbres, ils sont difficile à récolter. Les locaux dressent des singes pour cela. Ils utilisent les singes pour la récolte de noix de coco également. Dans la petite ville où j’habite, je vois souvent des gens à moto se balader avec leur singe cueilleur …

 singe1-glraqphoto ©jpsm.e-monsite

Read more

Salade de légumes façon Som Tam

somtam1

Les journées passent à la vitesse de l’éclair. J’accumule les photos à te montrer et les histoires à te raconter et je ne prends pas le temps de les poster. La saison des pluies est loin d’être terminée mais il ne pleut plus tous les jours et il fait chaud. Du coup, autour de ma maison, tout pousse à la vitesse de l’éclair. Après 2 mois dans cette nouvelle maison, on a enfin réussi à vaincre la mauvaise herbe (presque 2 ans que personne ne nettoie le jardin). Voici quelques photo avant-après :

jardin4kaffir

Basilic sacré, combava, citronnelle, manguier, anarcadier … le tout caché dans une jungle de mauvaises herbes habitant scolopendres et scorpions.

jardin2pkwaan

Ces buissons (Pak Waan, traduit littéralement par légume doux) servent souvent de haie autour des maisons. On peut manger les jeunes feuilles, elles se préparent comme des épinards. Les fleurs bleues que tu vois sont des fleurs de pois, on les utilise comme colorant naturel, elles n’ont pas de goût particulier mais elles colorent les desserts thaïs ou le riz. (J’ai récupéré les graines et je prépare les plantons).

jardin3garden

banana4

Les bananiers commencent à produire, j’ai eu droit à un beau régime de bananes et à une magnifique gigantesque fleur de bananier. Les bananes sont entrain de mûrir sur l’arbre. On a coupé la fleur et on l’a préparée crue, en salade. C’est un vrai délice. J’ai appris à préparer une salade de fleurs de bananiers durant mon cours de cuisine Thaïe à Chang Mai. C’était particulièrement bon. Mais la meilleure des recettes se trouve dans le superbe livre de recettes : Issaya du chef Ian Kittichai. Tu peux trouver cette même recette sur le délicieux blog de Claire. C’est la recette que j’utilise dorénavant.
Read more

Calmars sautés à la confiture de piments

encornets3

Cette fois-ci les rôles sont inversés, je suis en mode thé chaud, soupe à la courge et gratin de pommes-de-terre et toi tu es du genre smoothie glacé et salade. J’ai même sorti ma seule et unique paire de chaussettes que je garde normalement pour les voyages en avion. Dans la maison, je me les Gèle (si, si, avec un G majuscule!), je vis sous mon duvet mais, malheureusement, je ne peux pas éteindre les ventilateurs sous peine d’odeurs nauséabondes et de moisissures sur les meubles. Le taux d’humidité a fait péter la sonde : la lessive ne sèche plus.
Allez, je te balance un petit film pour te faire partager ma douleur (pas de commentaire sur l’état du jardin, stp. On a finalement réussi à défricher l’avant de la maison… tu peux d’ailleurs voir papayer, bananier, galanga, gingembre, jasmin, calamansi … mais l’arrière de la maison est toujours à l’état de jungle). T’as qu’à cliquer sur le lien pour visionner la vidéo… (sorry, j’ai toujours pas compris comment afficher la fenêtre du film directement sur ma page.)

weather – Moyenne
tu vois le genre ? C’est la fête à la grenouille tous les jours !

Bon, du coup, je me triture les neurones pour te poster une recette qui te rappelle l’été, sans pour autant me coller des frissons. Et la voici la voilà : THE recette, celle de Nan, celle que quand il la prépare, je fais du pain (parce qu’ici on ne trouve pas de pain dans les magaz) pour saucer la sauce du plat. Nan me regarde toujours de travers et j’ai droit à un commentaire du genre : why do you do that ? avec une grimace de dégoût. Mais autant te dire que cela ne me fait aucun effet, tout juste si je l’entends.
Tu vois, ces calmars, tu peux les manger chauds, tièdes ou froids. Tu peux par exemple les servir froid à l’apéro, c’est super top. Ou alors, comme moi, tu les manges bien chauds avec un bout de pain et un grog.

chilijamLa confiture de piments, tu connais ? En Thaï, on appelle ça nahm prik pao. Il s’agit d’une pâte à base de piments doux séchés et grillés, d’ail, d’échalotes, de pâte de crevettes, de sucre, de tamarin et d’huile. C’est à la fois doux et parfumé, c’est très légérement piquant et carrément super délicieux. Si t’as jamais essayé, c’est à tester d’urgence! La confiture de piment peut s’utiliser dans les sauces à salade, dans les soupes ou comme condiment pour sauter des légumes ou de la viande. Mais c’est délicieux également juste tartiné sur une tranche de pain grillé et aillé!

Ce jour là, à la maison, on n’avait plus d’oignons (quand il pleut, je vais pas au marché, je vais nulle part), mais c’est meilleur avec. Du coup, je les ajoute à la recette même si on ne les voit pas sur les photos.
La confiture de piment est toujours recouverte d’une couche d’huile, je te recommande vivement d’utiliser un peu de cette huile parfumée pour faire revenir les calmars.

Je ne te fais pas attendre d’avantage, voici comment procéder :


Liste des ingrédients pour 2 personnes:


400 gr de calmars  frais, entiers


5 gousses d’ail pelées et émincées


2 c.s. d’huile (utiliser 1 c.s. d’huile de la confiture de piment si possible)


3 c.s. de sauce d’huîtres


1 oignon pelé et coupé en lamelles dans le sens de la longueur


2 c.s. de confiture de piment (nahm prik pao)


3 c.s. de sauce de poisson


1 c.s. de sucre


sel et poivre à volonté


 

 

encornets1

Vide, nettoie les calmars, coupe les chapeaux en rondelles d’1cm d’épaisseur, coupe les tentacules en 3.
Fais chauffer l’huile dans une poêle et fais-y revenir l’ail et l’oignon à feu moyen.
Lorsque les oignons commencent à être tendres, ajoute les calmars bien égouttés et fais-les revenir 2-3 minutes.
Ajoute le reste des ingrédients et baisse le feu. Mélange bien, goûte et ajoute sel et poivre.
Mijote quelques minutes, en fonction de la taille des calmars. Attention de ne pas trop les cuire autrement ils deviennent élastiques.

encornets2 encornets5

 

 

Kanoum Krok – petites crêpes à la noix de coco

kanoum5

Aujourd’hui, un peu de douceur dans ce monde de brutes !
Les Kanoum krok sont généralement préparés comme snack de l’après-midi. Ici, les gens ne mangent pas vraiment de dessert mais ils aiment bien grignoter toute la journée. Le truc horrible avec ces kanoum krok, c’est qu’ils sont tout croustillant à l’extérieur, tout fondant dedans et qu’ils sont sucrés juste ce qu’il faut … du coup, quand tu les vois en cours de fabrication dans la rue, tu ne peux pas t’empêcher de t’arrêter pour en acheter.
Comme on les trouve un peu à tous les coins de rue, je ne me suis jamais vraiment donnée la peine d’en préparer moi-même.
Cette fois, je m’y suis mise, j’ai sorti ma “poêle à trous” que j’avais rapportée du Vietnam et, à ma grande surprise, c’est vraiment vite fait et super facile à préparer. Du coup, t’as aucune excuse pour ne pas essayer !

kanoum2

Les kanoum krok qu’on trouve chez les marchands sont soit nature, soit avec des grains de maïs ou avec des oignons verts émincés (chui pas une grande fan de l’oignon dans mon dessert), soit avec du taro cuit et coupé en petits dés. Les meilleurs sont définitivement ceux qui sont préparés nature !

spirit03

La recette se fait normalement avec du lait de coco frais et de la noix de coco fraîche, râpée.
J’ai essayé plusieurs versions dont une sans noix de coco râpée et avec du lait de coco en berlingot et je dois dire qu’ils étaient parfaits à mon goût !

Il y a 2 pâtes : une pour l’extérieur et une pour l’intérieur. La pâte extérieure ne contient pas de sucre, c’est normal. C’est important de bien recouvrir les alvéoles avec cette pâte non sucrée, lorsqu’on ajoute la seconde pâte, qui elle est sucrée, si elle entre en contact avec la poêle chaude, le lait de coco caramélise et brûle. C’est alors difficile de désincarcérer les crêpes.

Les poêles à kanoum krok sont généralement en fonte. De manière traditionnelle, on les fait chauffer sur le feu de bois. La version moderne utilise des brûleurs à gaz. Ces poêles en fonte pèsent une tone et coûtent une fortune. Du coup, au Vietnam, lorsque j’ai découvert des poêles en téflon ultra légères, je n’ai pas hésité une minute. La poêle en fonte a l’avantage de rester très chaude et de permettre de bien dorer ces petites crêpes. Ce n’est pas le cas des poêles en téflon. Mes crêpes sont donc moins dorées mais elles sont plus croustillantes que celles que j’achète au marché !

Ces  crêpes sont meilleures mangées tièdes. On les sert généralement accompagnée d’un petit bol de sucre en poudre et d’un bol de coco fraîchement râpée, on y trempe des crêpes encore tièdes. Personnellement, je trouve ces crêpes bien assez sucrées, je ne les trempe jamais dans le sucre en poudre… mais en Mai, fais ce qu’il te plait !

kanoum4

Read more

Salade de fruits façon Som Tam

saladefruit2

Som Tam, c’est le nom thaï qui désigne la salade de papaye verte. Il existe plein de variantes de cette salade :

som tam thai (vesion normale), som tam laos (version avec du poisson fermenté), som tam khai khem (version avec les oeufs en saumure), som tam poo (version avec du crabe), …

Tam est le nom donné au fait de taper la salade avec un pilon. Du coup, on a aussi d’autres tam comme par exemple tam mamouang la salade de mangue verte façon som tam, tam taeng la salade de concombre, tam pomlamaï la salade de fruits.

Ici, lorsque les Thaïs – que je ne connais pas – essaient de baragouiner en Anglais, ils me demandent toujours si j’aime la salade de papaye verte. C’est immanquable, toujours la même question. Ils utilisent le terme de “papaya pok pok”. Ils sont toujours morts de rire en me demandant si je connais la “papaya pok pok”. Après 7 ans en Thaïlande, faudrait vraiment que je sois une cruche intergalactique pour ne pas connaitre la salade de papaye verte, non ? Mais ils ne rient pas pour cela. Cette expression “papaya pok pok” vient d’une chanson du groupe de rock thaï, mondialement connu, CARABAO. Le chanteur y parle de la vie quotidienne des marchands ambulants de nourriture, en Thaïlande. Il raconte leur vie difficile et le peu de revenus qu’ils en retirent. Et il se moque gentiment de ces marchands qui essaient de parler avec les touristes pour vendre leurs salades :  il savent comment dire “papaya” mais il ne savent pas comment traduire tam, alors ils imitent le bruit du pilon dans le mortier : pok pok pok pok. Du coup, ça donne “papaya pok pok”.
Les Thaïs, en écoutant cette chanson, on trouvé cette expression si drôle qu’elle est restée dans les mémoires et est devenue une appellation contrôlée… ou presque.

Voici le lien si tu veux écouter la chanson de Carabao sur youtube : papaya pok pok. (je ne sais pas comment insérer une vidéo dans mon post… ouais … c’est comme ça… chui pas au top de la technologie).

Tu connais déjà mon engouement pour les salades thaïes : la salade de haricots ailés, la salade de mangue verte, la salade de papaye verte, la salade de nouilles instantanées, la salade de boeuf grillé, le laab, … je les adore toutes !
Celle-ci ne fait pas exception, voici ma nouvelle passion : la salade de fruits.

Il ne s’agit pas d’une salade de fruit pour le dessert. Ici, les fruits se mangent généralement tels quels, ils sont rarement préparés en desserts. Il s’agit d’une salade plutôt salée. Elle est parfaite pour accompagner des grillades, on la mange traditionnellement avec du riz gluant et du poulet grillé ou du poisson-chat grillé.

Libre à toi d’utiliser les fruits que tu as sous la main. Il faut que les fruits restent fermes et croquants. Ici on la prépare avec, à choix :

du raisin
de la goyave
du pomelo
du fruit du dragon
des tomates (cerise ou pas)
de la mangue verte
des carottes
de l’ananas
de la pomme
de la jambose (chompou)
du nashi
du concombre

Pour ma part, je n’apprécie pas vraiment l’ananas dans cette salade, je trouve que cela lui donne un goût trop sucré.

La sauce est identique à une sauce de salade de papaye : sucre de palme, sauce de poisson et jus de citron vert, ail pilé et piment frais. J’aime cette salade avec un bon goût d’ail, si ça te fais peur, tu peux diminuer la quantité … mais je ne le conseille pas ! Quand au piment, libre à toi de décider combien il t’en faut. Un seul et unique piment oiseau me convient, moins, c’est dommage… plus, c’est à tes risques et périls!
Les crevettes séchées et les cacahuètes sont INDISPENSABLES, ne les oublie surtout pas, c’est ce qui donne une saveur originale à cette salade.

Si tu utilises du sucre de palme en morceaux, tu peux le diluer dans un peu d’eau bouillante (1-2 c.s)

Lorsqu’on commande cette salade au restaurant, elle baigne dans la sauce. C’est délicieux car on peut y tremper le riz gluant. Lorsque je la prépare à la maison, je ne la sers pas avec du riz gluant et je préfère une quantité de sauce plus raisonnable. Je te donne la version avec peu de sauce, tu peux doubler les quantités de sauce si tu le souhaites.

saladefruit1

Read more

Tiges de galanga bouillies

galanga

Rhoooooooo, c’est toujours pareil. J’attends mes vacances avec impatience pour pourvoir faire les 100’000 choses que je n’ai pas le temps de faire quand je travaille. Parmi cela, j’avais prévu de préparer de fantastiques recettes que je souhaites te faire parvenir depuis longtemps déjà.
Mais sincèrement, je ne sais pas pour quelle raison j’espère encore avoir une vie sans accroc …
J’ai eu des tones de demandes pour des cours privé d’Anglais durant les vacances. Généralement je refuse… mais là, j’ai accepté car les “élèves” sont super motivés et ce sont des adultes. Du coup, je me retrouve à enseigner tous les jours et à devoir préparer des cours. Jusque là, rien de bien particulier. Mais, à cela, s’ajoute un déménagement :
ça fait presque 2 ans que je cherche une maison privée avec jardin. J’ai visité des dizaines de maisons à louer mais aucune ne convenait : des fenêtres qui ferment pas (ou carrément pas de fenêtres mais des volets cassés à la place), le système électrique tellement vieux que je n’ose pas y charger mon ordi, salle de bain insalubre (toilettes turc beark dégouttantes double beark), pas de revêtement au sol (si si, ici, c’est courant, on habite à même le sol en ciment brut pas poli), pas de faux plafond, pas d’eau courante … enfin bref, j’avais perdu espoir et je m’imaginais ne jamais pouvoir quitter mon appartement actuel (qui est neuf et décent mais qui n’a pas de joli jardin).
Et puis voilà, tout à coup, il y a eu la possibilité de louer une maison à 2 minutes de mon lieu de travail. J’ai visité, j’en ai pas cru mes orteils : une grande maison neuve et bien construite, 150 m2 habitables plus 30 m2 de cuisine extérieure couverte. Des portes qui ferment, des vraies fenêtres, des murs blanc et pas orange ou rose, un carrelage au sol qui est sobre, un jardin devant et un jardin derrière la maison… un peu comme celle que je m’étais imaginée il y a deux ans ! En plus, elle est située dans un quartier calme avec une seule autre maison comme voisins directs et les voisins n’ont pas de poulet (ce qui signifie que y a pas de coq qui chante sous ta fenêtre à 5h du mat) … le rêve. Je m’attendais à un loyer de fous, un truc que je ne pourrais pas payer mais le propriétaire en demande 3500 baht par mois (120chf / 90 euros) ! J’ai failli m’évanouir. J’ai demandé à signer le contrat de location immédiatement. Du coup, je déménage la semaine prochaine. Me voici donc au milieu des cartons et des nettoyages au lieu de pouvoir attaquer ma liste des trucs à faire depuis longtemps.

Tout ça pour te dire qu’aujourd’hui, ce n’est pas vraiment une nouvelle recette que je te fais parvenir mais plutôt une découverte …

Hier après-midi, j’étais recouverte de poussière et de sueur, au milieu de mes cartons quand j’entends quelqu’un qui m’appelle depuis l’arrière le mon appart. C’était ma vieille voisine (celle qui a juste une dent), tu sais, celle qui parque ses chèvres derrière ma maison pour brouter mes plantes : “nong” qu’elle me dit (cela veut dire jeune soeur en Thaï, c’est une manière polie d’appeler quelqu’un de plus jeune. Même si là je préférerais qu’elle m’appelle “louk” qui veut dire ma fille… car elle est vraiment très vieille est que j’ai plus l’âge d’être sa fille que sa soeur. Bref…) et ensuite elle baraguine un truc en dialecte local à la vitesse de l’éclair. Elle gesticule et pointe le plant galanga qui se trouve contre le mur de la cuisine.

galanga2
Mon plant de galanga… ouais, j’ai un peu oublié de l’arroser ces dernières semaines
(p.s. les murs extérieurs mauves ne sont rien en comparaison du rose soutenu qui recouvre tous les
murs intérieurs de mon appartement)

Je capte que dalle et elle le voit à ma tête. Elle reprend alors un truc du genre “tamai mai kin” et je comprends qu’elle veut savoir pour quelle raison étrange je ne mange pas mon galanga. Elle commence à casser une jeune tige de la plante et à en retirer les couches extérieures, elle me demande un couteau et fais en sorte de bien me montrer comment elle s’y prend. Elle me tend alors l’intérieur (coeur) de la tige, c’est tout mou et ça semble super tendre et elle m’explique que je peux juste le faire bouillir et le manger avec une sauce à l’ail et au piment.

galanga3

Elle s’est mise à démonter mon plan de galanga et à me préparer des tas de tiges à cuire.
Puis elle est partie un peu comme elle est venue, pouf !

Du coup, j’ai été intriguée et j’ai préparé ma fantastique sauce tamarin-coco-crevettes. J’ai bouilli les coeurs de tiges de galanga durant 10 minutes à l’eau et j’ai dégusté …

Ca a un très léger goût de galanga et ça a la consistance d’asperges vertes. Etonnant et délicieux, un truc à essayer si tu as du galanga dans ton jardin !

Bon ben je te laisse, je retourne à mes cartons et la prochaine fois que je posterai une recette, ce sera en directe de ma super cuisine géante avec un vrai évier (plus besoin de faire la vaisselle à croupi par terre derrière la maison) et un plan de travail de 3m de long. Si c’est pas beau la vie !

Sauce pour les fruits de mer et le poisson

sauce1

Les sœurs de Nan sont mariées à des capitaines de bateau de pêche, à mon grand désespoir car du coup, j’ai de la peine à faire comprendre mes idéaux de protection des océans. Sachant que les pêcheurs locaux utilisent des techniques de pêche dévastatrices et surpêchent toute l’année, j’ai de la peine à être compatissante lorsqu’ils se plaignent de ne plus trouver assez de prises.

fishing-boat-1217

L’un pêche le thon et va jusque dans les eaux indonésiennes pour cela, l’autre pêche la crevette dans les eaux protégées et interdites de pêche du parc national marin (je ne sais pas trop s’il faut en rire ou en pleurer). Bref… ces époux vivent donc en mer et reviennent sur le continent 3 ou 4 jours tous les 3 mois. Lorsqu’ils reviennent, ils rapportent du poisson frais pour toute la famille. La semaine dernière, ils sont arrivés sur le continent en même temps, il y avait donc une avalanche de poisson pour tous… et du coup, les sœurs de Nan ont pensé à moi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

photo empruntée à humanityunited.net

Elles ont débarqué à 18h chez moi avec un sachet plastic gigantesque rempli de poisson frais… il devait y en avoir en tous cas 5 bons kilos.

sauce6
Là, mon sang s’est glacé… je n’osais pas ouvrir le paquet de peur d’y trouver des poissons en voie de disparition ou des juvéniles. J’ai bien remercié tout le monde, j’ai balancé le sachet dans mon réfrigérateur en gardant le sourire …

sauce7

J’ai vu la tête de Nan, il bavait à l’idée d’un souper de poissons frais. Dès que tout le monde a évacué ma terrasse, on a fait un compromis très peu thaï (parce qu’ici l’homme ne fait rien et la femme fait tout) : « je prépare le barbecue, la sauce et le riz si tu vides et écailles les poissons » que je lui ai balancé. Parce que même si je vide des poissons et je les écaille si nécessaire, je me passe volontiers de le faire, surtout juste avant le repas. Il a accepté sans broncher. Il a déballé notre trésor et, à ma grande surprise, il y avait 2 bons kilos de superbes calmars et 3 gros kilos de magnifiques maquereaux trapus (pla tu en Thaï, Rastrelliger brachysoma) super frais. Pas de thons juvéniles, pas de raie, pas de bébé requin, pas de poisson volant, ni de poissons de récif corallien.

sauce4
Read more

Encornets vapeur au citron, à l’ail et au piment

squid2

Cela fait déjà un moment que je souhaitais écrire un billet sur la vie en Thaïlande. Il y a tellement à dire et tant d’histoires à raconter que je ne savais pas trop par où commencer. Et puis voilà, ces 2 derniers mois ont été une sorte d’apothéose qui résume parfaitement ce qui se passe dans ce pays, je me décide donc à t’en donner un aperçu.
Je n’ai pas vraiment cuisiné ces dernières semaines, je n’en ai eu ni le temps ni l’énergie mais tout rentre dans l’ordre et si la vie se retransforme en un long fleuve tranquille, je pourrai, à nouveau, poster des recettes à un rythme plus soutenu.

squid10
La Thaïlande est un pays magnifique, c’est agréable et safe pour les vacances. Les touristes sont souvent sous le charme car les gens sont serviables et souriants, la nourriture est bonne, le soleil donne … et tout et tout … mais lorsqu’on y habite et qu’on y travaille, tu t’en doutes bien, c’est une autre histoire.

squid8

Actuellement, je suis engagée en tant qu’enseignante d’Anglais (conversation) dans un lycée du sud de la Thaïlande. Je travaille pour le gouvernement de la province pour un projet qui vise à élever le niveau d’Anglais des élèves du sud de la Thaïlande en vue de l’ouverture des frontières en Asie (sur une échelle de 0 à 10, leur niveau actuel se situe aux alentours de -25). Dans le cadre de ce projet, le gouvernement a engagé 40 enseignants étrangers. Comme personne ne veut se prendre la tête à gérer un groupe d’étrangers, ce même gouvernement a engagé un intermédiaire. Le gouvernement a un contrat avec une agence qui, à son tour, a un contrat avec moi. L’agence paie mon salaire et s’occupe de tout l’administratif me concernant. Ils me fournissent un permis de travail et tous les document nécessaires à l’obtention de mon visa qui est valable une année et que je dois normalement renouveler avant le 20 Avril. Jusque là, rien de bien étrange, me diras-tu …

squid11

Oui mais voilà, en tant qu’étranger, on doit aller pointer au bureau local d’immigration tous les 3 mois ( … va savoir pourquoi …)
Début Février, donc, je me rends avec Nan au bureau d’immigration pour mon pointage trimensuel. L’officier commence à discuter avec Nan et je comprends qu’il y a un problème. Je vois Nan se décomposer mais personne ne se donne la peine de traduire quoi que ce soit pour moi (c’est un des trucs qui m’exaspère le plus en vivant ici : les gens parlent de moi devant moi, sans même s’adresser à moi… ils discutent entre eux et m’ignorent). Sachant qu’ils parlent de ma situation, je commence à chauffer. Finalement j’ai droit à une explication résumée, l’officier du bureau d’immigration sort son plus bel Anglais et me dit : “Next time, visa cannot renew”.
QUOI ??? Mais qu’est-ce que tu me racontes là ?

Read more