carotte

Étiquette : carotte

Curry massaman de boeuf – version avec tamarin

Je viens juste de rentrer d’un voyage d’une semaine avec mes collègues. Je ne sais pas si tu arrives à imaginer un voyage avec 35 instits thaïs mais je vais tenter de te dépeindre l’ambiance… En Thaïlande, les gens vivent en groupe et voyagent en groupe. La plupart de mes collègues n’a jamais voyagé hors du pays. En Thaïlande, les gens organisent leurs voyages via une agence qui réserve tout et met un guide à disposition. On suit le guide et on tente de voire et faire un maximum de choses en un minimum de temps. Nous avons voyagé en bus… et dans le bus, histoire de ne pas s’ennuyer, on a des micros, des giga-écrans et on fait du karaoké en poussant le volume à coin ! Après une heure de chansonnette, j’en avais déjà ras les chaussettes… mais imagine … une semaine complète dans le bus … avec des voyages de 10 à 12 heures … !

Read more

Voyage au Vietnam, seconde partie – Ho Chi Minh City

Notre première étape au Vietnam : Ho Chi Minh City – Saigon

Pour lire le début des aventures et connaître la recette des Banh Khot, c’est ici.

Avant notre départ, nous avons lu plein d’articles, de revues, de guides sur le Vietnam. Suite aux commentaires sur les tunnels de Cu Chi, je voyais l’endroit comme une tape à touristes. Mon compagnon de voyage a tant insisté pour y aller que j’ai jeté l’éponge et l’y ai accompagné. Nous avons visité le site de Cu Chi avec une guide privée : Alice. Lors de notre visite, il pleuvait et très peu de touristes étaient présents.

Durant la guerre entre Viêt-congs et Américains, ces tunnel servaient à la résistance locale. On y vivait, on s’y cachait, on y préparait des armes artisanales et des conseils de guerre s’y organisaient. Ces tunnels sont très bas et très étroits, les soldats américains ne pouvaient pas s’y engager, seuls les Vietnamiens de petite taille et maigres arrivaient à les emprunter.
Il y a plus de 200km de tunnels qui relient les villages de la banlieue de Saigon. Ils ont été construits durant la guerre d’Indochine, le réseau a été agrandi au fil des années et ce jusqu’à la fin de la guerre contre les Américains.
Lors de la visite, on découvre comment les armes artisanales étaient fabriquées, avec les moyens du bord, ce que les gens mangeaient pour survivre et comment ils arrivaient à rester cacher et à tromper l’ennemi. On peut même se déplacer (à croupi) dans ces minuscules tunnels, histoire de mieux réaliser à quel point l’Homme est prêt à tout pour survivre : quelques minutes dans ce labyrinthe souterrain chaud et humide suffisent largement pour devenir claustrophobe même si on ne l’est pas en temps normal !
On se ballade en forêt, sans imaginer que sous nos pieds, il y a un fabuleux réseau de galeries. On découvre des chambres, des entrées, des systèmes de ventilation au fur et à mesure de la visite.
Beaucoup d’animations et de démonstrations mais aucun panneau explicatif. Pour bien comprendre ce qu’on voit, c’est important d’avoir un guide qui nous donne les explications nécessaires.
En résumé: visite passionnante, touchante, impressionnante. A ne manquer sous aucun prétexte. 

tunnels
La terre retirée lors de l’excavation des tunnels était, entre autres, utilisée pour reproduire de fausses termitières.
A la base de la termitière, on pouvait facilement cacher des trous servant à l’aération des tunnels.

 tunnels3
Les points d’entrée des galeries sont discrets.
Ils étaient camouflés sous un tapis de feuilles mortes, rendant leur localisation difficile. 

tunnels1

Seuls des gens de petite taille pouvaient  parcourir ces tunnels sans trop de difficultés.

Read more

Rouleaux de printemps aux légumes

Ce post est dédié à Nathalie en souvenir de nos soirées “rouleaux de printemps” il y a 25 ans ! ! !

rouleaux5

Lorsque j’étais ado, j’avais développé une passion pour la nourriture chinoise et particulièrement pour les rouleaux de printemps. A l’époque,  les supermarchés vendaient un choix limité de produits exotiques. Toutefois, il y avait, dans notre petite ville de 3000 habitants, une épicière un peu excentrique qui vendait, à prix d’or, des produits du monde entier.
Quand la folie me prenait, j’achetais de quoi préparer une montagne de rouleaux de printemps, passais mon samedi entier à rouler, et en remplissait le congélateur. Je me rappelle que c’était long et fastidieux et que la cuisine se retrouvait dans un état lamentable après mon passage. Quant à la cuisson, c’était un vrai challenge car la pâte pour fabriquer ces rouleaux était fragile et ils avaient tendance à exploser à la cuisson si l’huile était un poil trop chaude.
Bref, c’était tout une aventure !

Aujourd’hui, je suis toujours une fan de ces petits rouleaux croustillants mais je les prépare beaucoup plus sereinement et ils n’explosent plus à la cuisson !

Voici quelques règles à suivre pour des rouleaux de printemps impecs :
– farcir les rouleaux avec de la farce bien froide,
– égoutter la farce avant de l’utiliser,
– ne pas vouloir mettre trop de farce,
– choisir correctement la pâte.

Il existe 2 types de pâte qu’on peut utiliser pour les rouleaux de printemps :

Read more

Salade de poulet et mangue verte, sauce cacahuètes et orange

Aujourd’hui, j’avais pris une bonne résolution dès le réveil : poser des rideaux sur les 2 fenêtres de ma nouvelle maison. Bah… si j’avais su…
Dans la ville où j’habite, impossible de trouver quoi que ce soit qui s’apparente à une tringle à rideau. Non, va pas imaginer que je voulais trouver un truc spécial… un bâton tout bête avec des crochets pour le fixer m’aurait suffit. Il faut faire 80km pour trouver le premier magasin qui vend des tringles!

Ce que tu ne sais pas encore (ou peut être déjà) c’est que quand j’ai une idée en tête, je ne l’ai pas au …

A la quincaillerie locale, j’ai acheté des crochets ridicules à 1 baht pièce (divise par 40 pour trouver le montant en Euros). J’ai trouvé du câble plastifié à 20 baht le mètre… et je me suis bricolé un câble  au dessus des fenêtres pour y fixer mes rideaux…

Sauf qu’il fallait aussi trouver des rideaux à suspendre ! J’ai même pas essayé d’en trouver des tout prêts. J’ai foncé au magaz qui vend les grandes robes et les voiles pour les têtes des dames… je me suis fait regarder de travers… et j’ai acheté 2 sarongs. Attention, comme je ne suis pas tout à fait une tanche, j’ai bien pris les mesures de ma fenêtre avant d’aller acheter le tissus et j’ai demandé poliment à la gentille dame du magasin de me dire les dimensions des sarongs. (Là, on a l’impression que je débarque à peine en Asie : comme si c’était possible que qui que ce soit puisse répondre à une telle question). Selon ses dires les dimensions sont 1.80m par 2m. Pile poil parfait  !

J’arrive à la maison, et comme de bien entendu, les sarongs sont juste pas assez grands pour couvrir la hauteur de la fenêtre : normal, faut jamais croire, faut toujours faire ouvrir les emballages et contrôler soi-même. Bien fait pour moi !

Il faut aussi que je te dise que ma maison est rose. Pas un joli rose, non. Les murs et les plafonds sont rose cochon-pourri bien soutenu. Le sol en carrelage quand à lui est en imitation bois de couleur jaune moutarde. Si si, tu lis bien. La maison est toute neuve. Je ne sais pas ce que le propriétaire avait fumé en choisissant les couleurs mais ça devait être bien fort !

Tout ça pour dire que bien que j’aie passé 45 minutes à choisir les couleurs des sarongs, ça n’a pas beaucoup d’importance. Pour le salon, j’ai choisi bordeaux avec des fleures roses et blanches… eh ben c’est un très mauvais choix ! Ca me rend encore plus malade d’avoir encore plus de rose.

Pour la cuisine, j’ai pris vert sapin et moutarde comme le sol, ce qui est pas si mal même si ça ne s’accorde pas bien avec mon frigo cyan métallisé et le meuble jaune soleil pour les casseroles.

J’en ai eu soudain tellement marre et il faisait tellement chaud que j’ai cousu les ourlets de mes rideaux à l’agrafeuse : 3 minutes 30 chrono posé terminé pour un total de 8 euros !

J’ai mis plusieurs heures à me remettre de mes émotions et du trop plein de couleurs moches.

Du coup, pour changer les idées, je pense à manger !

Hier, j’ai préparé BEAUCOUP de brochettes satay : recette ici, alors je te propose de les apprêter différemment.

saladedef

Pour la salade :

du chou rouge coupé très finement,

des carottes râpées,

de la mangue verte (acidluée) râpée,

des feuilles de céleri-branche hachées,

des filets de poulet marinés (comme sur la recette des satay), grillés et coupés en fines lamelles.

légumes

mangue-verte poulet

Read more