épices

Étiquette : épices

Curry massaman de poulet

Grand classique de la cuisine thaï, ce curry est très parfumé. Il rappelle les saveurs d’Inde et du Moyen-Orient. Il s’agit d’un curry qui n’est pas très pimenté, ou tout du moins pas autant que les curry rouge ou curry vert. Toutefois, dans le sud de la Thaïlande, les gens sont des fadas de piments et il m’est arrivé de goûter des massaman trop forts pour que je puisse les manger. Comme quoi, ici, il n’y a aucune règle, c’est la jungle !

massaman3

Plus je parcours le net et plus je découvre des recettes de “curry thaï” qui s’intitulent ainsi sans raison apparente car elles n’ont rien de semblable à un curry. Ce n’est pas parce qu’on cuit des aliments dans du lait de coco qu’on peut appeler cela curry thaï. J’ai aussi rencontré plusieurs recettes du “véritable curry comme là-bas”, “le seul, le vrai, l’unique” ! Eh bien laisse-moi te dire : “c’est tout du pipeau”. C’est un peu comme si je postais LA seule et unique véritable recette de la tarte aux pommes. Il n’existe de pas vrai curry thaï pour la simple et bonne raison que chaque cuisinière a sa propre recette. De plus, il existe un grand nombre de variétés de curry qui demandent tous des ingrédients différents. Au marché, le stand où j’achète mes pâtes de curry en propose une dizaine de sortes. J’ai souvent vu des dames locales demander des mélanges des différentes pâtes en fonction de ce qu’elles veulent en faire. Plus on se dirige vers le nord du pays, plus les curries sont légers et préparés à base d’eau et d’épices. Plus on va au sud, plus les curries sont épais, pimentés et bourrés de lait de coco (normal, les cocotiers poussent dans le sud de la Thaïlande).
La seule constante est la manière de cuire les différents ingrédients :

1. Il faut une matière grasse dans laquelle on va faire revenir la pâte de curry, l’ail et les épices. Cela peut être de l’huile végétale ou du lait de coco.
2. On  fait également revenir la viande dans ce mélange de gras et d’épices durant quelques minutes.
3. On ajoute du liquide : eau ou lait de coco et on laisse mijoter jusqu’à ce que la viande soit prête. En cours de route, on ajoute les légumes en fonction de leur temps de cuisson.
4. On rectifie l’assaisonnement en fin de préparation car si on sale en cours de route et que la sauce réduit, on a des mauvaises surprises.

Tout cela pour dire que je ne prétends pas te procurer LA recette du massaman mais uniquement une recette que j’ai appris à préparer avec notre cuisinière locale et que j’apprécie.

Je n’ai jamais eu l’occasion de goûter les pâtes de curry massaman du commerce. Je n’ai donc pas la moindre idée de leur qualité. Si tu veux préparer ta pâte de curry maison, voici une recette facile : pâte de curry massaman.
Le massaman est délicieux avec du boeuf. Il faut choisir de la viande pour ragout et la couper en cubes de 2-3cm. Tu laisses tout cela mijoter 40 minutes ou plus et c’est un régal. Je ne prépare pas de boeuf car celui que je trouve au village est carrément comme de la semelle. Du coup, c’est jour du poulet !

Le massaman peut être servi avec du riz thaï mais lorsque Nah nous le préparait, elle le servait avec des nouilles aux oeufs frites. Tu mets les nouilles aux oeufs croustillantes dans l’assiette et tu verses le curry chaud dessus. On adorait tous cela.

massaman5
Si tu veux essayer, il faut trouver des nouilles chinoises aux oeufs, sous forme sèche. Plus les nouilles sont épaisses, meilleur c’est.

nouilles3

Voici la seule sorte de nouilles aux oeufs que j’ai réussi à trouver dans ma région, elles sont juste un poil trop fines mais c’est bon quand même.
Par contre, elles sont super salées… c’est bien la première fois que je trouve des nouilles chinoises salées, c’est sans doute précisé sur le sachet mais ça me fait une belle jambe !!!

Tu fais chauffer de l’huile dans une poêle creuse et tu y fais frire les nouilles par petites portions durant quelques minutes pour qu’elle deviennent légèrement dorées et bien croustillantes.

nouilles

nouilles2

Liste des ingrédients pour cette recette : clique sur l’image pour la voir en plein écran :

Read more

Stop-over à Dubai

Me voilà de retour de vacances avec, dans mes bagages, quelques découvertes.

Lors de notre voyage, nous avons fait une escale à Dubai. Pourquoi Dubai ? En fait, sans raison particulière, disons que j’ai pris un vol avec Emirates car  c’est la compagnie qui offrait les tarifs les plus intéressants tout en autorisant 30kg de bagages par personne (contre 20kg pour les autres compagnies). Comme le voyage est bien assez long : 13 heures de vol et que Nan est un gros fumeur, nous avons trouvé judicieux de faire une halte à mi-chemin et de passer une nuit sur la terre ferme.

dubai4
J’ai donc réservé les billets d’avion avec 24 heures d’escale à Dubai sans même avoir pris de renseignement sur la région…
Lorsque j’ai finalement eu le temps de m’intéresser à ce qu’on pourrait visiter à Dubai, j’ai eu une grosse déception :
– une piste de ski (je ne veux même pas connaitre le coût énergétique pour maintenir une piste de ski en plein désert),
– des îles artificielles en forme de palmiers et de mappemonde  créées à la pelle (mieux vaut ne pas savoir le bilan écologique du déplacement de million de tonnes de sable),
– la plus haute tour du monde avec des files d’attentes de plusieurs heures pour espérer pouvoir y monter,
– un gigantissime aquarium avec des requins, des raies et autres poissons tropicaux (quand on sait la quantité d’antibiotiques qu’il faut donner à ces animaux pour qu’ils survivent dans des bassins… et le taux de mortalité… on a de la peine à apprécier le spectacle)
Je pensais avoir la possibilité de faire une visite culturelle… mais Dubai est plus réputée pour le shopping ou ses attractions mégalo que pour ses musées.
Puis, je suis tombée sur des infos concernant des marchés : marché de l’or, marché aux épices, … Voilà qui me semblait  intéressant : visite des souks. Nan n’a jamais été dans un pays arabe, il ne connait que les marchés thaï.

Un fois à Dubai, nous avons sauté dans un taxi pour nous rendre au marché des épices de Deira. Première surprise : il fait très chaud, même pour nous qui vivons en Thaïlande ! Seconde surprise : le marché des épices qui est décrit de manière si attractive sur le net est en fait une succession de petites boutiques dans une rue bien proprette et bien touristique de la vieille ville. Je m’attendais à un vrai souk avec de l’animation, je tombe dans une trappe à touristes ! ZUT !
Mais bon, puisqu’on y était, j’ai ravalé ma déception et j’ai marchandé quelques épices qui sont vendues au prix de l’or ! J’ai fini par obtenir un prix qui me semblait décent par rapport à ce qu’on trouve en Thaïlande donc j’imagine que je ne me suis pas trop fait avoir… mais j’y ai mis de l’énergie !

epices1

epices2

J’y ai mis tellement d’énergie que je n’ai pas réalisé que les paquets d’épices ne comportaient pas d’étiquettes…
J’ai réalisé cela quelques jours plus tard, une fois que je ne me rappelais plus ce que j’avais bien pu acheter ! Il y avait tant de mélanges d’épices différents dans cette échoppe : pour le riz, le poulet, des curry doux ou forts… que je ne me rappelle pas vraiment ce que j’ai finalement choisi. Il m’a fallu du temps pour retrouver qui est qui mais je pense ne pas être trop loin du compte. Je me retrouve donc avec un curry doux et un curry fort, du raz-el-hanout, du sumac et un mélange d’épices pour cuire le riz. Ces épices sont incroyablement parfumées et les 2 mélanges de curry sont les meilleurs que j’ai eu l’occasion de goûter à ce jour… comme quoi, après réflexion, cette sortie en valait quand même la peine !
Si vous avez de bonnes recettes avec du sumac, je suis preneuse car je n’en ai encore jamais utilisé.

Nous avons ensuite loué une barque en bois et son chauffeur pour faire une croisière sur la rivière et voir la ville d’un peu plus près. Cela nous a remis de bonne humeur pour quelques heures.

dubai1

dubai2

dubai3

Ce que j’ai le plus apprécié dans cette ville un peu hostile c’est les “lady taxi” : taxis roses conduits par des femmes pour transporter des femmes ou des familles. Ces taxis ne sont pas autorisés à prendre en charge des hommes. Présenté comme cela, c’est un peu étrange mais les voitures sont propres, les conductrices sont sympathiques et surtout, quand on voyage seule, c’est bien agréable. Je ne peux pas compter le nombre de fois où je me suis fait harceler par le chauffeur de taxi lorsque je voyageais seule… “et vous êtes mariée”, “vous restez longtemps?” “que faites-vous demain?” “je connais un bon restaurant…” Avec les lady taxis, rien de tout cela, juste une course relaxe et polie.

24 heures, c’est définitivement trop court mais cela nous a permis de nous reposer un peu avant d’arriver à destination.

Curcuma, Gingembre et Galanga, keskecé?

Voici une petite présentation des différents bulbes dont tu auras besoin pour cuisiner thaï.

Pour les préparer, il n’est pas nécessaire d’enlever la peau. Tu peux juste gratter la surface à nettoyer avec le plat de la lame d’un couteau ou avec une cuillère, s’il reste un peu de peau, ce n’est pas dérangeant.

Le curcuma laisse beaucoup de traces de couleur dans la cuisine, sur les éléments en plastic, sur tes mains et tes habits, attention lorsque tu le coupes… Le gingembre est le seul des 3 qui est délicieux cru comme cuit. Le galanga et le curcuma sont bien meilleurs une fois cuits.

Clique sur l’image pour avoir une vision plein écran.

gingembre