Skip to content

Posts tagged ‘tamarin’

Poisson à la noix de coco et au tamarin

Cette recette, je la tiens de ma cousine Nathalie. Elle-même l’avait trouvée, si je me souviens bien car ça fait un bail (en tous cas 20 bonnes années), dans un livre de recette de Betty Bossi. Tu connais ? Betty Bossi est à la Suisse ce que Martha Steewart est aux Etat-Unis et Donna Hay à l’Australie ! Betty Bossi a accompagné nos premiers pas en cuisine, notamment avec ses recettes originales de cakes qu’on préparait pour apporter aux boums des copains ! Tout cela pour dire que c’est une recette d’avant-guerre mais que si je la prépare encore aujourd’hui c’est pour la simple et bonne raison que ça déchire ! Pour justifier cela je n’ajouterai qu’une chose: Nan a déclaré : “ce n’est pas une recette thaïe mais c’est aussi bon qu’une recette thaïe” ! Première fois que je l’entends dire cela de bon coeur sans être menacé de dormir dans le hamac de la terrasse.

Fait amusant, c’est à cause de cette recette qu’à l’époque de ma jeunesse j’ai découvert le tamarin. Pour le dégotter, je devais prendre le train, aller à Genève à 40km de chez moi et l’acheter dans une épicerie asiatique pleine de trucs que je ne connaissais pas. Toute une expédition.
Aujourd’hui, le tamarin est un élément indispensable à ma nourriture quotidienne : sauces, boissons, desserts, soupes. Il est omniprésent.

Quand au poisson, chaque fois que j’en prépare, je me trouve coincée entre mon estomac et ma conscience, l’un me dit : “oh la la, c’est trop bon” et l’autre répond : “mange pas ça, tu participes à la destruction de nos océans”.
Il est vrai que je n’achète ni poisson ni crevettes en Thaïlande à cause des méthodes de pêches scandaleuses ou des élevages bourrés de saletés. Sans parler de ma découverte concernant l’utilisation de formaline pour la conservation des poissons “frais”. Ici, impossible de trouver des produits bio ou provenant d’une pêche durable, malheureusement. Ces derniers jours, j’ai regardé la série TV qui présente le travail en mer de Sea Shepherd, Ocean Warriors, et bien que je sois parfaitement consciente du massacre de nos océans puisque j’ai travaillé sous l’eau durant 6 ans, ces reportages renforcent encore l’importance de bien choisir le type de poisson que l’on consomme et le fait de se renseigner sur les techniques de pêches utilisées.
Malgré tous mes efforts pour éviter de participer à la surpêche, je me retrouve toujours avec mon congèle plein de poissons et cela me colle la déprime. La soeur de Nan réceptionne la pêche au port des pêcheurs et il lui arrive de se dire que ce serait sympa de m’offrir du poisson frais. Comme elle n’a aucune limite, je reçois rarement un poisson mais bien souvent plusieurs kilos de poissons, de crevettes et de calmars !
Ayant la visite de ma cousine (oui, la même, celle citée un peu plus haut), j’ai demandé à la soeur de Nan de me dégotter quelques belles grosses crevettes directement chez le pêcheur car c’est hors de question que je mange de la crevette d’élevage bourrée d’antibiotiques. Je me suis retrouvée avec presque 2kg de crevettes GEANTES sur les bras ainsi que 3kg de calmars car elle a pensé qu’on apprécierait sans doute du calamar grillé avec nos crevettes, plus 2 gros poissons dont je ne connais pas le nom mais qui sont, semble-t-il, délicieux et impossibles à trouver au marché car les restaurants se les arrachent. Tout cela pour 2… et en ayant demandé que quelques crevettes. J’ai beau expliquer, dire et redire que je ne suis pas une consommatrice de poisson, c’est vraiment très difficile à comprendre pour des gens qui vivent en bord de mer et dont le régime alimentaire se compose à 80% de poisson. Entre la majorité des consommateurs des pays développés qui s’en foutent et la plus grande partie des consommateurs des pays en voie de développement qui ne comprennent pas le problème, on est pas prêt de voir nos océans revivre.

J’espère que je ne t’ai pas coupé l’appétit avec mon petit coup de déprime parce que cette recette est absolument fantastique. Alors fais-moi le plaisir de dégotter un superbe poisson issu de pêche durable et prépare-le avec amour.

Tu peux préparer des darnes ou un poisson entier. Cette fois, le poisson était bien trop grand pour 2, j’ai donc choisi de cuisiner que la queue.

La marinade est très importante, il faut donc t’y prendre quelques heures à l’avance pour que le poissons aie bien le temps de mariner.

C’est un plat qui va parfaitement bien avec du riz et des légumes sautés.

Liste des ingrédients pour 2 personnes :
Read more

Liserons d’eau au curry rouge

curry9

Une recette toute simple, vite prête et originale proposée par le chef McDang.
Le chef McDang est très médiatisé et respecté en Thaïlande. Il est membre de la famille royale et a étudié en Angleterre dès un très jeune âge. Il se passionne pour la cuisine, lâche ses études universitaires et suis des cours au “Culinary Institue of America”. Il ouvre un restaurant aux Etats-Unis avant de revenir en Thaïlande. Il est actuellement ambassadeur de la cuisine thaïe à travers le monde. Il essaie de faire comprendre à son pays l’importance d’avoir des écoles culinaires professionnelles qui enseignent les principes de la véritable cuisine thaïe et a écrit un livre à ce sujet (The Principles of Thai Cookery) – qu’entre nous soit dit je n’ai pas lu parce que Nan me bourre le mou à longueur de journée avec ses principes de cuisine thaïe … et que ça me suffa comme ci – mais qu’entre nous soit dit toujours, d’après les extraits que j’en ai vus (du livre, pas de Nan), il doit être vraiment intéressant (le livre, pas Nan).

Le chef McDang a un show télévisé, il a publié de nombreux livres de cuisine et a une chaîne Youtube en Thaï où il présente ses recettes. Il poste aussi des vidéos en Anglais (avec son accent rigolo) dans lesquelles il voyage en Thaïlande et nous fait découvrir des spécialités régionales et la culture locale, avec toute cette fierté et ce patriotisme dont les Thaïs sont  remplis. Ce sont des émissions intéressantes mais légères, comme toujours en Thaïlande, qui présentent en survol des produits régionaux comme la pâte de crevette, les ingrédients qui composent des pâtes de curry, le lait de coco, etc. On suit la préparation de mets traditionnels sans, malheureusement, en avoir la recette. Emissions courtes et sympatoches, à regarder si tu as le temps car elles permettent de s’imprégner de la culture locale.

Ici, un épisode de son émission sur les desserts thaïs et la récolte de sucre de palme.

Voici la vidéo originale, en Thaï, de cette délicieuse recette de liserons d’eau au curry rouge :

Read more

Curry massaman de boeuf – version avec tamarin

massaman1

Je viens juste de rentrer d’un voyage d’une semaine avec mes collègues. Je ne sais pas si tu arrives à imaginer un voyage avec 35 instits thaïs mais je vais tenter de te dépeindre l’ambiance… En Thaïlande, les gens vivent en groupe et voyagent en groupe. La plupart de mes collègues n’a jamais voyagé hors du pays. En Thaïlande, les gens organisent leurs voyages via une agence qui réserve tout et met un guide à disposition. On suit le guide et on tente de voire et faire un maximum de choses en un minimum de temps. Nous avons voyagé en bus… et dans le bus, histoire de ne pas s’ennuyer, on a des micros, des giga-écrans et on fait du karaoké en poussant le volume à coin ! Après une heure de chansonnette, j’en avais déjà ras les chaussettes… mais imagine … une semaine complète dans le bus … avec des voyages de 10 à 12 heures … !
Par chance, j’avais embarqué des jeux de cartes, je me suis dit qu’on pourrait taper le carton et s’amuser un peu. Mais en Thaïlande, vois-tu, on ne joue pas aux cartes pour le fun, on joue pour de l’argent. Jouer aux cartes pour de l’argent est interdit et passible d’amendes importantes, du coup, on ne joue pas aux cartes. (… oh que les parties de Jass me manquent) J’ai tout de même dégainé ma boîte de UNO et j’ai trouvé 2 rebelles pour y jouer avec moi. A la fin de la semaine, j’avais créé une dizaines d’uno addicts !
Mes collègues sont en grande majorité des femmes (environ 90%) et quasi tous sont musulmans. Autant te dire que la petite bière, le soir, au bord de l’eau, j’y ai eu droit seulement en rêve et que sortir le soir pour aller danser ou pour s’amuser n’est pas pensable. Le soir, seule les femmes qui travaillent dans des bars (et qui ont donc une vie très dissolue) sortent, les autres restent à la maison. Généralement à 21h, c’est couvre-feu.
Cela n’a pas empêché mon tempérament perturbateur d’organiser une virée dans un endroit branché, après le couvre-feu, au 49ème étage d’un immeuble de Bangkok : petit cocktail (sans alcool) avec une collègue qui entrait dans un bar pour la première fois de sa vie. Quelle expédition !
A tous mes amis suisses et instits : t’imagines un camp d’une semaine sans une goutte d’alcool, sans une partie de Jass et sans nuit blanche ? ha ha ha ha
Bon, ça, c’est pour l’ambiance générale, après faut aussi comprendre que tout ce qui est un tant soit peu culturel est ennuyeux et que seuls le shopping et les selfies (ou photos de groupes) sont vraiment dignes d’un voyage de boîte. On a donc eu des arrêts shopping à chaque point de vente régional : pour acheter des spécialités locales commestibles, des peluches bon marché ou des habits à prix bas. On a quand même eu la possibilité de visiter le palais du roi Rama IV à Hua Hin – nous étions 5 pour la visite, les autres sont restés en bas de la colline.

kanchana5

Nous avons aussi visité le musée qui retrace l’histoire de la construction de la ligne de chemin de fer, par les Japonnais, durant la seconde guerre mondiale. Cette fameuse ligne qui passe par dessus la rivière Kwaï. (Attention, en Thaï, si tu prononces Kwaï … cela signifie “boeuf” et c’est une insulte… si tu prononces Khwaï… cela signifie zizi. Il faut prononcer Kwé). Nous avons commencé la visite de ce musée, par ailleurs très bien fait et passionnant, en étant un groupe de 35 personnes, j’ai terminé la visite seule. Après à peine 5 minutes, tous mes collègues ont disparu. Je les ai retrouvés à l’extérieur du musée entrain de manger des nouilles et de se prendre en photos !

kanchana3
kwai

Du coup, comme après tout cela il faut bien se remonter le moral … je rêve toujours à ma bière au bord de la rivière … aujourd’hui, c’est comfort food !

Voici la recette du délicieux curry massaman de boeuf. J’avais déjà publié une recette de massaman à l’époque, voici une version différente car elle contient du tamarin et un peu moins d’épices. C’est une recette que j’apprécie avec du boeuf ou du porc. Je préfère le poulet avec la version sans tamarin. Je ne trouve pas que le curry massaman fait bon ménage avec le poisson et les fruits de mer par contre c’est délicieux préparé avec uniquement des légumes : broccolis, carottes, pommes-de-terre, mange-tout, chou-fleur, courgettes, … Si tu souhaites un version complètement végétarienne, remplace la sauce de poisson par du sel (pas de sauce soja).

Read more

Comment préparer du concentré de tamarin maison

Le tamarin est indispensable pour cuisiner thaï. En Europe, tu le trouves sous forme de concentré, de jus, congelé ou frais. Ici, le tamarin s’achète par bloc de fruits compressés.
Le tamarin est un fruit issu du tamarinier. En Thaïlande, on mange aussi les feuilles de l’arbre crues ou cuites. En Birmanie, l’écorce de ce même arbre est séchée et réduite en poudre, on utilise alors cette poudre additionnée d’un peu d’eau comme masque pour purifier la peau. Et cela, je l’ai appris car, un jour, j’ai découvert notre magnifique tamarinier (ci-dessous) dépouillé de 40cm2 de son écorce. J’ai pété les plombs et crié au scandale… et j’ai vu notre employé birman commencer à suer à grosses gouttes. Il m’a fallu un moment comprendre ce qu’il avait fait de l’écorce de cet arbre et il a fallu encore plus de temps pour qu’il comprenne que j’aimais autant lui donner 40 baht pour qu’il achète cette poudre miracle à la pharmacie locale plutôt que de voir mon arbre amputé. Y a pas de doutes, il m’a prise pour une folle…

tamarin

Il existe des fruits acides ou sucrés… un peu comme les cerises et les griottes … Le tamarin doux se mange tel quel, le tamarin acide s’utilise en cuisine. Pour consommer se fruit, on casse l’écorce qui est fine et dure. Le fruit contient des noyaux (qu’on ne mange pas, eh non !)

tamarin2

Read more

Salade de nouilles de riz à la sauce tamarin-cacahuètes

salade1

Cette salade, je l’ai découverte il y a peu, en me baladant au marché.

Je ne vais jamais au marché avant 9h30… et l’autre jour que je voulais acheter du crabe, la bonne dame du stand de poissons m’a dit que pour en avoir fallait venir de bonne heure. C’est marrant mais faire le marché à 9h30, cela me semblait être de bonne heure !! En même temps, les gens, ici, se lèvent avant le soleil. A 6h du mat, tout le monde est FULL POWER … chose que je ne comprends guère car à 10h, ils ont les batteries à plat et fonctionnent au ralenti. Mais cela n’empêche que la petite dame du marché a touché en plein dans le mil et que ma fierté en a pris un coup.
Au lieu de faire la flemme, je suis allée au marché à 7h, avant d’aller bosser. Et là, saperlipopette, j’ai vu la différence: de la nourriture partout, des tas d’herbes fraîches et des aliments que je n’avais jamais vus auparavant. J’ai même dégotté des sator pelés et prêts à être engloutis ainsi que des pousses de bambou fraîches déjà coupées. Faut croire que faire son marché tôt, c’est aussi pour les flemmards puisqu’on trouve des tas de produits prêts à l’emploi. Le plus étrange, pour moi, c’est qu’à 9h, il n’y a plus rien de tout cela …

10448249_546452618800479_256796099302758717_nC’est à l’occasion de cette visite matinale que j’ai découvert la salade de nouilles de riz. Je cherchais un truc à boulotter pour mon petit déj, j’allais opter pour une salade de riz et la vendeuse m’a conseillé de prendre des nouilles à la place. Ces nouilles sont vendues mélangées à un oeuf dur, des rondelles de concombre et du tofu frit, le tout est emballé dans un sachet en plastic. La sauce est emballée à part. Cela n’avait rien de bien sexy comparé à une bonne salade de riz pleine d’herbes aromatiques mais j’ai pris ce que la dame voulait que je prenne (voici la preuve qu’il m’arrive d’avoir des jours sans confrontation … quoi ? pourquoi je t’entends ricaner ? ). Eh ben, une fois n’est pas coutume, j’ai bien fait de suive les conseils d’une inconnue, ces nouilles n’ont l’air de rien mais elles sont absolument sublimes… enfin, c’est surtout la sauce qui est hors du commun : douce et acidulée à la fois, légèrement piquante avec un bon p’tit goût de cacahuète et de lait de coco …
Photo ci-dessus :  la salade que j’ai achetée pour 0.8 euros.

Ce plat est originaire d’Inde, il a ensuite été introduit et adapté en Malaisie (à Penang) sous le nom de Pasembor. Comme Penang est proche du sud de la Thaïlande, ce met a été introduit dans la zone frontalière du sud de la Thaïlande et il répond au nom étrange de Pasmos ou Salad Kek (salade musulmane). J’ai fait des recherches sur le net, en Anglais et en Thaï (avec toutes les variantes possibles pour orthographier ce mot), impossible de trouver plus d’informations. J’ai demandé autour de moi et aucun de mes collègues ne cuisine cette salade, tout le monde l’achète déjà prête. J’ai donc contacté ma prof privée de cuisine thaïe et je lui ai proposé un nouvel échange : je t’apprends à préparer un cake aux carottes si tu m’apprends à cuisiner le Pasmos. Sitôt dit sitôt fait …
et cette recette là, mon gars, elle est terrible ! J’avais beaucoup aimé les nouilles achetées au marché mais j’ai carrément adoré (dévoré) les nouilles préparées par ma cuisinière thaïe préférée.

salade9
Read more

Curry de poisson séché et de liserons d’eau

Curry de poisson séché et de liserons d’eau (Gaeng tae poh) … ce n’est pas le titre le plus sexy qu’on puisse trouver, je te l’accorde. Pourtant, c’est carrément mon curry préféré.

curry3

Il s’agit d’une spécialité de la région dans laquelle je vis. C’est une version de gaeng kati (curry coco) avec du tamarin, du poisson séché-salé et des liserons d’eau. Ce curry est parfumé au tamarin, à la citronnelle, au curcuma et au galanga : Mhhhhhhhhhhhhh

condiments

Il se prépare de manière traditionnelle avec du poisson séché-salé : pla khem. On utilise les carcasses des poissons, qu’on a fait dessaler dans de l’eau au préalable, comme base pour le curry. Normalement, il n’y a que les carcasses et les légumes mais j’aime mieux lorsqu’il y a de la chaire de poisson. Dans ma version, j’utilise donc les filets de poisson séché-salé et je ne les dessale pas.

J’en ai fait une variante aux coquillages, la recette est ici.
Tu peux utiliser des darnes de poisson frais au lieu du poisson salé. N’oublie pas de consulter la liste des poissons recommandés et déconseillés avant de faire tes achats.  Si tu utilises des darnes de poisson frais, cuis-les entières dans le curry.

Read more

Sauce coco-crevettes pour tempuras

Cette sauce délicieuse accompagne à merveille les tempuras de légumes. Tu peux également la servir en dip, avec des légumes crus.

tempuras4

Pour la préparer, on a besoin de noix de coco grillée. Bien sûr, juste pour t’énerver, il se trouve que je l’achète au marché.
Mais il est possible de faire griller de la noix de coco râpée et séchée à la poêle. Sans huile, tu chauffes à feu doux et tu mélanges jusqu’à ce que la coco prenne une jolie couleur ambrée.

cocogrillée

 

Voici la liste des ingrédients : 

1 c.c. de pulpe de tamarin
50ml d’eau chaude
50gr de crevettes crues décortiquées
2 c.s. de lait de coco
1 c.c. de confiture de piment (nahm prik pao)
2 c.s. de sucre
2 c.s. de sauce de poissons
1 c.s. de cacahuètes grillées, non salées, hachées
2 c.s. de noix de coco râpée, grillée
1 échalote
1-2 piments oiseau hachés
1 c.s. de coriandre fraîche hachée
1 c.s de tiges d’oignons verts ciselées

 

Dilue le tamarin dans 50ml d’eau chaude. Filtre. Pour plus d’infos sur la manière de préparer le tamarin : clique ici.
Lave les crevettes, hache-les finement. Dépose-les dans une casserole avec le tamarin, le lait de coco, le sucre, la confiture de piments et la sauce de poissons. Fais chauffer jusqu’à ce que le sucre soit dissout et les crevettes bien cuites.
Laisse refroidir puis passe le tout au blender.
Dans un bol, mélange le jus de crevettes avec la noix de coco grillée, les cacahuètes hachées, l’échalote coupée en fines lamelles et le piment haché.
Rectifie l’assaisonnement avec de la sauce de poissons ou du sucre.
Ajoute la coriandre hachée et l’oignons vert ciselé finement.

tempuras5

 

 

 

 

tempura2

Pommes-de-terre au tamarin

pdt-tamarin-1

En me baladant sur le net, il y a de cela quelques jours, je suis tombée, par hasard, sur cette recette de frites au tamarin. Cela m’a mis dans un état de transe et j’ai commencé les essais.

Ma cuisine est une cuisine thaï, cela signifie qu’en fait, ce n’est pas une cuisine. Il s’agit d’un endroit avec: – pas d’évier,
– pas de hotte d’aspiration ni de ventilation,
– pas de plan de travail,
– pas d’armoire, placard, ou autre espace de rangement.
En gros, y a rien !
J’ai un petit four électrique qui chauffe trop et une tablette avec 2 plaques à gaz, le tout dans une pièce de la maison qui donne sur l’arrière du jardin. Autant dire que, dans ces conditions, je ne suis pas une grande fan de la friture. Du coup, j’ai transformé les frites de la recette originale en pommes-de-terre au four.
J’ai mélangé pommes-de-terre et patates douces pour le fun et j’ai ajouté des morceaux de saucisse chinoise.
Il s’agit d’une saucisse de porc séchée et assez sucrée. C’est délicieux coupé en tranches fines, sautées. On peut en ajouter dans les riz frits, dans les soupes de riz, on en mange avec le riz au porc rouge. Elles sont très répandues en Thaïlande.

saucisses-thai-3

Je pense que cette recette serait encore plus exceptionnelle avec des petites pommes-de-terre nouvelles cuites au four entières. Malheureusement, c’est un ingrédient introuvable ici… dis-moi ce que ça donne si tu essaies !

Tu as maintenant compris que le tamarin et moi avons une relation assez fusionnelle. J’ai découvert ce nouveau goût, il y a quelques années. Le bateau de plongée sur lequel je travaillais proposait régulièrement des oeufs au tamarin pour le repas de midi. A cette époque là, j’étais bien trop occupée sous l’eau la journée et bien trop fatiguée en rentrant le soir, je n’avais pas vraiment le temps de cuisiner. J’était bien contente lorsqu’ils étaient servis mais je ne me suis pas trop préoccupée du “mais comment donc qu’on les prépare?”‘
Mon second coup de foudre est arrivé avec Nan et ses bons petits plats, le soir où il a eu la brillante idée de me préparer des poissons au tamarin. Ce jour là, j’ai insisté pour obtenir la recette mais je n’ai obtenu qu’un “I can’t explain”. Je ne me suis pas démontée pour autant, je me suis débrouillée pour lui faire refaire la recette sous surveillance et j’ai pris des notes. Nous avons peaufiné la recette au fil des années car nous en mangeons régulièrement.
J’ai, ensuite, fait une fixation sur les curries… je te dis même pas comment j’ai hurlé de joie le jour où j’ai découvert le curry au tamarin et au curcuma. C’est un curry typique du sud de la Thaïlande et je n’en ai jamais mangé dans les restaurants. C’est chez des amis thaï que j’en ai goûté pour la première fois.
Bientôt, je te parlerai aussi des shake au tamarin…

Allez, on attaque la recette : Voici les ingrédients, clique sur l’image pour la voir en plein écran.

pdt tamarin ingréd

Read more

Poisson au tamarin

Oh là là,
Pour le poisson au tamarin, tout le monde se bat !

Lors de mon précédent voyage en Suisse, j’ai préparé cette recette à l’occasion d’un repas en famille. C’était il y a 4 ans !
Le mois dernier, à nouveau en Suisse, je n’étais pas arrivée depuis 3 jours que déjà Jess me réclamait du poisson au tamarin. Nathalie qui a toujours l’oreille affûtée lorsqu’il s’agit de nourriture a repris en coeur : “alors, quand est-ce que tu en prépares ?”

Cette fois, Nan m’a accompagnée en Suisse. Je me suis donc empressée de le laisser s’occuper de la réalisation du plat et me suis contentée d’espionner et de prendre des notes. C’est lui qui m’a préparé cette recette en premier lieu, c’est à lui que devait légitimement revenir la gloire ! Et cela n’a pas manqué… il y a eu bagarre pour finir la sauce !

tamarin3
Ce qui fait le succès de ce plat ?
Un poisson croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur, une sauce originale, à la fois acidulée et douce. Tu peux même y ajouter un peu de piments si tu le souhaites.

Read more

Curry de coques au curcuma et au tamarin

gaengkatidef2

Aujourd’hui, premier jour officiel de ma nouvelle vie, je te livre MA recette favorite, celle qui fait miam : le curry de coques au curcuma et tamarin autrement appelé “Gaeng Kati”.
Gaeng signifie curry et Kati, c’est le lait de coco. Il s’agit d’un curry un peu acidulé et jaune vif. Il est encore meilleur lorsqu’on utilise du lait de coco frais mais c’est sans doute introuvable en Europe donc on le fait avec le lait de coco en brique. Il se prépare avec ou sans pâte de curry. Ici, on trouve au marché local de la délicieuse pâte de curry toute prête pour le “Gaeng Kati”.

pate-curry
Je te donne la version sans la pâte de curry, c’est délicieux aussi !

Ce curry au tamarin et au curcuma est un plat typique du sud de la Thaïlande et je ne l’ai jamais vu sur les menus des restaurants… en même temps je sais pas lire le thaï donc c’est vrai que ça aide pas.
On le prépare principalement avec du poisson mais comme tu le sais déjà, j’essaie d’éviter le poisson : info ici. Aujourd’hui, je le prépare avec les coquillages frais que j’ai trouvés ce matin au marché.

Généralement, il est cuisiné avec… accroche toi bien… des pousses de feuilles de courge. J’ai découvert cela ici. Dire que j’ai toujours eu des courges dans mon jardin et que je ne savais même pas qu’on pouvait manger les feuilles de la plante ! Une fois cuit, cela ressemble à des épinards mais avec un goût un poil plus doux. Comme je viens juste de déménager, je n’ai pas encore de courges au jardin et aujourd’hui, au marché, il n’y avait rien qui y ressemble. Mais n’hésite pas à essayer, c’est top délicieux. Pour voir comment préparer cela : clique ici.

Si tu veux en mettre dans ce curry, tu peux les ajouter 15 minutes avant la fin de cuisson.

Le galanga n’est pas indispensable pour cette recette mais il ajoute une touche fraîche. Ce n’est pas une bonne idée de le remplacer par du gingembre. Le galanga se congèle bien. Si un jour tu en trouves du beau au marché, ça vaut la peine d’en garder un morceau au congèle pour les jours de pénurie.
Sur la photo ci-dessous, tu peux voir les 2 morceaux que je me suis fait refiler ce matin… un tout beau tout frais qui sort juste de terre (à droite) et un bien vieux pas beau mais qui donne quand même bon goût. Donc pas de panic, même si celui que tu trouves a un peu sale tête, balance-le dans le curry sans trop le regarder.

ka2

Ce curry, je l’envoie aussi à Scarlett, qui fête les 3 ans de son blog “Ca bouffe un doberman” et organise, à cette occasion, un concours de recettes sur le thème de “la Bretagne”.

Logo concours Ca bouffe 3 ans
Jète un coup d’oeil sur son blog, il est plein d’humour et de bonnes choses, ça vaut la peine !

Voici la liste des ingrédients, tu peux cliquer dessus pour la voir en plein écran.

curry-coques

Allez, on se met aux fourneaux sans attendre.

Read more